22 mar 2013

La Maison au citronnier

Tolan, Sandy

Ce livre raconte une histoire vraie, une maison qui existe toujours, des personnages qui ont vécu et vivent encore, pour certains. Il intéressera les lecteurs et lectrices qui veulent en savoir plus sur le conflit palestino-israélien.
Nous sommes en 1967. « Dans la ville d’al-Ramla (entre Jérusalem et Tel-Aviv) un jeune Palestinien, Bashir Khairi, frappe à la porte d’une bâtisse de pierre flanquée d’un citronnier. C’est la maison dans laquelle il a grandi ; il est revenu voir le cadre de son enfance, dix-neuf ans après que sa famille a fui précipitamment, au moment de la première guerre israélo-arabe. Bashir est accueilli par Dalia Eshkenazi, une jeune Israélienne ; la famille de la jeune femme vit dans l’ancienne demeure des Khairi depuis qu’elle a quitté la Bulgarie pour Israël en 1948. Sur le seuil de leur maison commune, Dalia et Bashir nouent, malgré tout ce qui les sépare, une amitié profonde, qui survivra à quatre décennies du conflit le plus âpre au monde. »
C’est l’héritage historique de ces deux personnages que nous voyons se dérouler sous nos yeux. Et après l’héritage historique, nous voyons les protagonistes et leurs familles évoluer de 1967 à 2004, dans une contrée où des réfugiés, qu’ils soient arabes ou juifs, se battent pour une terre sacrée.
Après que vous aurez lu ce livre, c’est probable que vous ne regarderez plus les infos de la même manière…

Titre original : Lemon Tree



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Membre : Outremont

Tolan, Sandy. La Maison au citronnier, Éditions Flammarion, 2006, 2011, 423 pages.

Catégorie : Romans : biographiques, Romans : historiques

Consulter la disponibilité de ce document dans nos bibliothèques.

Une réponse pour “La Maison au citronnier”

Marie Q. Quevillon dit : - 22 mars 2013

Mon coup de coeur de l'année 2012. Si vous voulez connaître l'origine et le déroulement du conflit israélo-palestinien au fil des ans, c'est "LE" livre à lire. Il a changé ma vision des chioses. Ne dit-on pas qu'il faut être deux pour faire une chicane. Passionnant et révélateur

Pour laisser un commentaire

*