29 mai 2014

La Légèreté

Richard, Emmanuelle

La legerete

C’est un premier roman, mais ce n’est pas le premier roman sur l’adolescence, tant s’en faut. Mais ici, tout est flamboyant, explosif, vivifiant. L’adolescente de 14 ans, dont nous ne connaîtrons même pas le prénom – autobiographie oblige –, n’a de conflit ni avec ses parents, ni avec la société, ni avec ses profs, ni avec ses camarades, mais avec tous, alternativement et tout en les affectionnant sincèrement. Elle est d’abord, à l’évidence, en conflit avec elle-même. Un jour trop grosse, trop petite un autre jour, le visage trop rond ou trop blanc, elle veut des amis, des garçons qui lui fassent découvrir la vie ! Mais par fierté, elle ne veut pas les aborder elle-même, « ça fait pute » selon sa mère… Qu’est-ce que la vie ? Son copain Antoine, qui s’est jeté du pont de Normandie, le savait-il, pour en finir si vite ? Elle a une irrépressible envie d’être regardée, écoutée, aimée, caressée, embrassée et elle va tout faire pour y parvenir pendant ses vacances à l’île de Ré avec ses parents. Ça va marcher. Enfin presque !
Un roman coup de maître. L’expression a du rythme. La langue est belle, toujours soutenue. Le mal-être des ados est parfaitement analysé, ressenti, retranscrit. Le ton est toujours juste. On épouse avec bonheur les contradictions, les fous rires, les déprimes, l’humour et la gravité de cette jeune fille en qui l’on se retrouve un peu. Tout est vivant, vibrant. Un vrai style de grand auteur.

Membre : France

Cette suggestion est proposée par un lecteur, du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal.

Richard, Emmanuelle. La Légèreté, Éditions de l’Olivier, 2014, 274 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*