09 jan 2020

La Fête des fous

Burke, James Lee

La Fête des fous

Ce que j’aime chez cet auteur de romans noirs, ce sont ses descriptions des odeurs : « L’air nocturne empestait une odeur indéfinie de bête sauvage, comme des déjections de puma, ou une carcasse blanchie par le soleil, ou des poils d’animaux brûlés, ou de l’eau stagnante dans une rigole sablonneuse marquée de traces de reptile. […] Il sentait les pins parasols et les genévriers, et l’odeur des fleurs rares n’éclosant que la nuit… »

Mais aussi, l’énoncé de certaines évidences auxquelles on n’aurait jamais pensé comme :
« Pourquoi ne pas reconnaître ce que le diable fait si bien ? »

Enfin, j’adore ses personnages qui, du premier au dernier, ne sont en fin de compte que des gibiers de potence. Même le pasteur, même le shérif : « [son] réseau d’informateurs […] comprenait des putes d’El Paso à Austin, des hommes de main des deux côtés de la frontière, des maquereaux, des voyous, des usuriers, des coyotes, des cambrioleurs, des passeurs de drogue, des flics mexicains corrompus, des braqueurs, des voleurs de voitures, des blanchisseurs d’argent, des receleurs, et une bibliothécaire retraitée d’Houston accro à la morphine qui aurait sans doute été capable de retrouver le cadavre de Jimmy Hoffa si le FBI avait pris la peine de l’embaucher. »

Pour amateur de sensations fortes.

Titre original : Feast Day of Fools

Membre : Saint-Jean-sur-Richelieu

Burke, James Lee. La Fête des fous, Éditions Rivages, 2011, 2017, 554 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*