17 mai 2018

La femme qui tuait les hommes

Castro, Eve de

La femme qui tuait les hommes

Voici le portrait de deux femmes qui ont atteint « le point de bascule », « l’instant où la vie d’une personne ordinaire change subitement de cours ». Soudainement, elles prennent la décision de tuer les hommes coupables de grave cruauté envers leurs femmes. Rien ne les rapproche pourtant.

Lena vivait en Russie au début du XXe siècle. Révoltée contre le sort misérable des femmes victimes de violence conjugale, elle a pris « justice en main » et a tué 272 maris violents, à commencer par le sien. « Pour délivrer les pauvres femmes. » Elle voulait en tuer 300, mais a été arrêtée et exécutée avant.

Jeanne est une octogénaire tranquille qui vit à Paris de nos jours. Elle rencontre Lucie, une jeune femme « collectionnée », puis délaissée sans scrupule par Paul, un écrivain de renom, coureur de jupon invétéré et sans vergogne. Bouleversée par le désespoir de Lucie, Jeanne va piéger Paul et lui fera payer chèrement sa cruauté désinvolte.

En même temps qu’on suit en parallèle la vie de Lena et de Jeanne, tout en se demandant quels liens unissent ces deux femmes, à un siècle d’écart, dans deux pays éloignés, on apprend sur les mœurs de la société russe et les bouillonnements révolutionnaires en Russie, début XXe siècle.

Ce roman historique et thriller au rythme soutenu nous tient en haleine jusqu’à la fin.

Membre : Ville Mont-Royal

Castro, Eve de. La femme qui tuait les hommes, Éditions Robert Laffont, 2018, 280 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*