22 nov 2018

La femme qui ne vieillissait pas

Delacourt, Grégoire

La femme qui ne vieillissait pas

Martine raconte son histoire. Le roman commence par ces mots : « À un an, je faisais parfaitement mon âge. » Le ton du livre est donné. C’est du Delacourt pur jus.

Une écriture très rafraîchissante. Nous lisons avec un grand plaisir les hauts et les bas de cette femme bien de son temps, née au début des années 50 : elle perd sa mère à 13 ans, vit avec son père qui a fait la guerre d’Algérie, à 21 ans elle change de prénom pour devenir Betty, se marie avec André, donne naissance à un garçon…

Et puis, le jour de ses 35 ans, elle se rend compte que… Ne comptez pas sur moi pour vous raconter la suite. C’est tout simplement fantastique ! Un roman qui porte à réfléchir.

Membre : Saint-Jean-sur-Richelieu

Delacourt, Grégoire. La femme qui ne vieillissait pas, Éditions Jean-Claude Lattès, 2018, 247 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*