29 nov 2018

La Femme de Valence

Perreault, Annie

La Femme de Valence

En vacances à Valence, une femme, Claire Halde, est témoin d’un suicide : une femme saute du toit de l’hôtel après lui avoir confié son sac.

Le sujet du livre n’est pas le suicide mais le désarroi : celui de cette femme qui commet cet acte irréversible et dont on ne connaîtra pas le pourquoi, celui de Claire qui s’interroge sur ce qu’elle aurait pu faire pour empêcher la femme de sauter et pourquoi elle n’a rien tenté.

Le désarroi de sa fille qui, 16 ans plus tard, va courir le marathon de Valence à la recherche des traces de sa mère, Claire, qui a disparu alors qu’elle y était retournée dans l’espoir, peut-être, d’apaiser son tourment.

J’ai aimé la richesse et la précision de l’écriture qui font que l’on ressent quasiment physiquement ce que vivent les personnages. Sans effet superfétatoire, la minutie apportée au choix des mots apporte une densité dans l’émotion qui ajoute au plaisir de la lecture, sans compter la maîtrise de l’intrigue (on ne peut s’empêcher de tourner les pages pour connaître la suite) et la structure réussie du récit (excellent parallèle entre la course de la fille et le retour de la mère à Valence).

Une auteure à suivre, ne serait-ce que pour la qualité de son écriture.

Membre : Christine, Outremont

Perreault, Annie. La Femme de Valence, Éditions Alto, 2018, 211 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*