15 fév 2018

La Femme aux fleurs de papier

Carrisi, Donato

La Femme aux fleurs de papier

Durant la Première Guerre mondiale, en 1916, sur un champ de bataille, le docteur Roumann n’a qu’une nuit pour identifier un prisonnier, sinon ce dernier sera fusillé. Il refuse, à moins que le condamné ne trouve les réponses à trois questions : Qui est Guzman ? Qui suis-je ? – et la plus surprenante – Qui était l’homme qui fumait sur le Titanic ? S’engage alors un huis clos qui aura d’étonnants rebondissements.

Ce petit livre est d’une qualité exceptionnelle. L’intelligence du propos sur l’art de raconter une histoire est tout à fait captivante. C’est un peu comme les poupées russes, une surprise n’attend pas l’autre. « Saurais-tu raconter une histoire vraie ? Je ne veux pas dire vraie en tant que véridique – je suis trop vieille pour quelque chose d’aussi cruel que la vérité », lance un personnage à un autre. Des perles comme celle-là, il y en a plusieurs.

Hymne à l’imagination et à l’art de la parole que l’on peut reproduire par écrit, ce livre comporte plusieurs histoires d’amour. D’abord celle de raconter, puis celle d’écrire ce qu’il reste de plus magnifique encore entre les humains : des histoires d’amour surprenantes et tellement inspirantes.

Titre original : La donna dei fiori di carta

Membre : Le hibou

Carrisi, Donato. La Femme aux fleurs de papier, Éditions Calmann-Lévy, 2012, 2014, 214 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*