13 jan 2022

La Fabuleuse histoire de l’invention de l’écriture

Ferrara, Silvia

La Fabuleuse histoire de l'invention de l'écriture

Nous, membres du Club des Irrésistibles, partageons une passion : la lecture. Voilà une lapalissade ! Mais sans le texte, quel que soit le support, il n’y a pas de lecture. Une autre évidence ! Déjà l’invention du livre racontée par Irene Vallejo (1) m’avait fascinée. Comme c’est souvent le cas, cette lecture m’a ouvert plusieurs fenêtres. Elle a titillé ma curiosité et propulsée dans un tourbillon de recherches pour trouver réponses à plusieurs interrogations.

Je me suis dit que pour que les livres existent, il fallait une condition préalable : l’écriture. Comment se fait-il qu’un ensemble de 26 lettres, formant des mots compréhensibles dont nous pouvons partager le sens, ait fait consensus dans le monde des lecteurs ? Comment et où l’écriture a-t-elle été inventée ?

L’écriture est-elle née à un moment précis du temps, en un seul lieu ? En Mésopotamie, comme l’ont longtemps prétendu plusieurs érudits ? Silvia Ferrara, dans son livre magnifiquement illustré, explique que « l’écriture n’a pas été inventée d’un coup. L’écriture inventée, surtout celle qui a été créée à partir de rien, de zéro, est au contraire le résultat d’un processus, d’actions coordonnées, cumulatives et progressives ».

Le titre, La Fabuleuse histoire de l’invention de l’écriture, porte bien son nom. C’est en effet à des récits passionnants que nous convie l’auteure. Ces récits tracent le chemin « pavé d’expérimentations, d’essais, de mises au point. Il s’agit donc aussi d’un processus, d’une série progressive d’exercices répétés et transmis. » (p. 16)

Pouvons-nous parler d’une écriture au singulier ou ne faut-il pas plutôt évoquer la possibilité d’écritures au pluriel ? Ferrara raconte LES naissances de l’écriture et, en cela, nous fait voyager dans le temps et dans l’espace, à différents endroits de la planète, pour comprendre combien les écritures « sont le fruit d’une lente maturation », nous permettant ainsi « d’identifier les routes migratoires et de saisir avec plus de finesse ce qui se joue au sein d’espaces et d’influences culturelles » (Hannah Attar, Philosophie magazine, 18 janvier 2021).

La lectrice que je suis est d’autant plus émerveillée en écrivant ces mots parce que, grâce à Silvia Ferrara, je comprends mieux comment le mot « devient symbole, puis le symbole un son » et que la jonction de toutes ces lettres finit par devenir des idées porteuses d’images et de réflexions. On apprend beaucoup dans La Fabuleuse histoire de l’invention de l’écriture, mais il faut admettre qu’il subsiste aussi des mystères, des écritures encore indéchiffrées qui sont racontées, comme des fables, par cette philologue de l’Université de Bologne dans un langage accessible et souvent poétique.

Une découverte et un gros coup de cœur.

1. L’Infini dans un roseau : l’invention des livres dans l’Antiquité, voir à ce propos ma suggestion publiée le 6 janvier 2021.

Membre : Monique L. de Cookshire-Eaton

Ferrara, Silvia. La Fabuleuse histoire de l’invention de l’écriture, Éditions du Seuil, 2021, 320 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter