07 jan 2016

La Doulou

Daudet, Alphonse

la dou daudet

Nous connaissons tous monsieur Seguin et sa chèvre, mais nous ignorons les souffrances des dernières années endurées par son auteur.
Peu après son arrivée à Paris, Alphonse Daudet, qui a à peine dix-sept ans, attrape la syphilis d’une lectrice de la cour impériale, une dame « de la haute » comme dit Edmond de Goncourt.
C’est son journal intime, rédigé de 1885 à 1895, que nous découvrons, sa douleur (« doulou » en provençal) au quotidien : les médicaments, les exercices (suspension de Seyre) plus ou moins barbares, la rencontre du célèbre docteur Charcot, ses séjours dans les stations thermales, etc.
Daudet cesse de prendre des notes environ trois ans avant sa mort. C’est madame Daudet, sa femme, qui autorisa la publication de La Doulou en 1930. Ce « journal intime » est le témoignage pudique et bouleversant sur la douleur vécue au quotidien.

Membre : Outremont

Daudet, Alphonse. La Doulou, Éditions Mercure de France, collection Petit Mercure, 1930, 2007, 123 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*