11 oct 2018

La Disparition des lucioles

Pilote, Sébastien

La Disparition des Lucioles film

J’attendais beaucoup trop de ce film. J’avais adoré les deux premiers, Le Vendeur (2010) et Le Démantèlement (2013).

La Disparition des lucioles me laisse pantoise et songeuse. Le film est à l’image de notre société présentement, c’est-à-dire cynique… Hélas ! Je n’ai vu aucune lumière dans le film de Sébastien Pilote, quelques petits instants de tendresse, très peu.

Il était question dans ses autres films de personnes d’un certain âge. Dans celui-ci c’est, avant tout, l’histoire d’une adolescente qui se déteste et qui n’aime personne, sa vie est dans un tunnel.

Karelle Tremblay joue parfaitement bien son rôle. Les comédiens sont excellents (Pierre-Luc Brillant, François Papineau, Marie-France Marcotte, Luc Picard).

Quant à la musique, on y trouve vraiment un mélange de genres… Malgré tout, je suis incapable de le recommander, si ce n’est qu’à des gens avertis.

Résumé : « C’est bientôt l’été et la fin des classes dans une ancienne ville industrielle au bord d’une baie. Léo, une jeune fille insatisfaite, rencontre Steve, un homme plus âgé, guitariste reclus et sans ambition. Léo vit avec sa mère et son beau-père, Paul, un animateur de radio populiste qui a poussé à l’exil dans le Nord l’homme qu’elle admire, Sylvain, le père dont elle s’ennuie, et ancien chef syndical déchu. Étrangère dans son propre monde, frustrée et en colère, c’est dans sa relation équivoque avec Steve, au rythme des leçons de guitare et de son nouveau boulot d’été, qu’elle pourra trouver une sorte de réconfort et amorcer sa fuite. »

Abonnée : Germaine-Guèvremont

Pilote, Sébastien. La Disparition des lucioles, Film québécois, 2018.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Catégorie : Films/Séries


Pour laisser un commentaire

*