09 mai 2019

La Dame au petit chien et autres nouvelles

Tchekhov, Anton

La Dame au petit chien plus petit

Je ne dévoile rien de cette nouvelle si je vous cite la dernière phrase : « […] mais ils voyaient bien tous deux que cette fin était encore loin, bien loin, et que le plus ardu, le plus difficile, ne faisait que commencer. » L’art de laisser les lecteurs affamés – le propre de toute bonne nouvelle.

Je vous avoue que je suis (j’étais…) allergique à Tchekhov. À mon avis, suranné, tatillon, ennuyant (rien de novateur), lent, au XIXe siècle, oui… Aujourd’hui, non.

Il y a longtemps que je tente de comprendre cet auteur. Son œuvre fait encore et toujours l’unanimité, on se précipite au théâtre entendre, entre autres, La Mouette, Les Trois Sœurs, La Cerisaie. Il aura fallu cette nouvelle pour qu’enfin Tchekhov me parle et me donne rendez-vous. J’y serai.

J’ai enfin perçu l’aspect « humain » de cet écrivain, son approche réaliste quoique pessimiste de la vie, son sens inné des gens et des choses, de lui-même surtout, l’observation aiguisée qu’il fait du monde autour de lui, quoi vous dire ? J’ai découvert sa plume.

Tchekhov aurait écrit au moins 588 nouvelles. Je privilégie souvent ces courts récits qui disent peu et beaucoup à la fois. Je devrai peut-être m’en tenir à ses nouvelles afin de garder contact avec lui. Je vous répète : j’ai un rendez-vous !

Membre : l’Île-des-Sœurs

Tchekhov, Anton. La Dame au petit chien et autres nouvelles, Éditions Gallimard, collection Folio classique, 1899, 1999, 394 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*