18 août 2016

La Couleur des sentiments

Stockett, Kathryn

la couleur des sent

Une amie m’avait recommandé ce livre et j’avoue en avoir débuté la lecture en doutant que le traitement du sujet, le racisme dans les années 60 dans une petite ville du Mississippi, ne captive mon intérêt. Un roman traitant de la vie des domestiques afro-américains avant la lutte pour les droits civils, un thème souvent exploité, allait-il apporter quelque chose de neuf au genre ? J’ai ouvert le livre, deux jours plus tard, 526 pages plus loin, je le refermais, ravie.
La structure du livre m’a passionnée. Le récit n’est pas officiellement divisé en parties, mais en sections identifiées au nom du personnage dont il sera question dans les prochains chapitres. Pas de titre au chapitre, seulement un nom de personnage de temps à autre indiquant les changements de narration. Les mots nous entraînent dans un univers décrit avec précision tant au plan des notes historiques que des valeurs sociales de l’époque.
L’auteure s’attarde longuement à l’univers de chacun de ses personnages, nous permettant ainsi de s’en imprégner véritablement : deux bonnes à la peau noire travaillant pour des familles blanches et une journaliste qui décide d’abattre les barrières raciales. D’entrée de jeu, dès les premières lignes, on plonge dans l’univers particulier d’un des personnages : Aibileen, une bonne au service d’une maîtresse blanche, raconte sa journée.
L’auteure réussit le tour de force de faire en sorte qu’Aibileen, Minny et Miss Skeeter soient des personnages tous aussi forts les uns que les autres. Elles, car ce sont exclusivement des femmes dont il est question, sont attachantes et, de chapitre en chapitre, l’intérêt demeure ; vivement la suite ! Leurs vies sont à la fois séparées et entremêlées dans un destin collectif.

Titre original : The Help

Membre : Pointe-Claire

Stockett, Kathryn. La Couleur des sentiments, Éditions Actes Sud, 2009, 2010, 526 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*