12 juil 2018

La Bête à sa mère

Goudreault, David

La Bete a sa mere

« Ma mère se suicidait souvent. » Première phrase de ce roman. J’avoue avoir eu envie d’aller voir ce que cela cachait. Le narrateur nous plonge dans un monde (son monde) glauque et souvent « hard ». Pas pour tous.

Quête éperdue d’identité et d’appartenance. Quête qui s’avérera vaine. Les lecteurs le savent dès le début. Pas ce petit garçon, lequel part à la recherche de cette mère qui l’a abandonné, croit-il. Il s’acharnera à la retrouver avec l’énergie du désespoir. Jeune adulte, il croira avoir enfin réussi. Là commence sa longue descente aux enfers.

Inutile d’ajouter qu’il s’agit peut-être de sa mère ou pas… les chemins que le narrateur emprunte pour la « reconquérir » ne sont pas les bons. Sa longue errance le mènera, jeune adulte, à la démence.

J’ai été captivée. Peut-être le serez-vous aussi.

Membre : Île-des-Sœurs

Goudreault, David. La Bête à sa mère, Éditions Stanké, 2015, 231 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*