18 sept 2014

La Ballade d’Ali Baba

Mavrikakis, Catherine

La Ballade Ali Baba

Allez, ne boudez pas votre plaisir, jetez-vous sur le dernier récit de Mavrikakis. Un court texte, 206 pages, mais une fulgurante et dense traversée du temps : de 1939 à 2013. Pour parcourir la planète à la rencontre d’un père longtemps absent. Un père à la limite de l’abject, mais qu’on se surprend à aimer tellement sa façon de croquer dans la vie est lumineuse. Pensée pour le Requiem de Tabucchi pour le rapport à la nourriture et à l’au-delà. Ici s’arrête la comparaison avec Tabucchi. Le père ne connaît pas la nostalgie, le saudade. Il détruit tout sur son passage, s’imprégnant du présent et regardant toujours droit devant. Un ouragan !
Le récit d’une réconciliation.
« Tu seras éternel. Tu seras dans tous les récits. Tu seras lové au coeur de tous les possibles.
Tu ne seras plus rien. »

Membre : Rosemont

Mavrikakis, Catherine. La Ballade d’Ali Baba, Éditions Héliotrope, 2014, 206 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*