18 nov 2021

Klara et le soleil

Ishiguro, Kazuo

Klara et le Soleil

Klara est une AA, une amie artificielle. Ce robot est en vente, ainsi que d’autres modèles, dans une boutique spécialisée ; ils sont destinés à tenir compagnie aux adolescents. Klara aime être placée dans la vitrine centrale. Ceci lui permet de voir les immeubles, les gens et le soleil. Klara est un modèle ultra-performant doté d’un sens de l’observation qui lui permet d’enregistrer le comportement des humains dans la rue ainsi que la présence d’autres AA.

Josie est une adolescente malade qui a choisi Klara comme compagne. Elle promet de l’acheter lors d’une visite dans la boutique. Doit-on accorder un crédit aux promesses des humains ?

À travers les observations de Klara, nous découvrons l’entourage de Josie : sa mère et la gouvernante ; Rick, un adolescent particulier, le seul ami de Josie ; les bâtiments et les champs autour de la maison et le Soleil. Nous découvrons le monde, les humains et les liens entre eux grâce aux observations d’un robot. La lutte de Klara pour la guérison de Josie est entamée. Josie doit-elle guérir ?

Quel roman spécial ! Comment voir le monde, enfin l’humanité, par les yeux d’un robot performant ? Cette vision débute par le déroulement du quotidien dans une rue. Et que dire du lien qui s’intensifie avec le Soleil. Un robot qui analyse des sentiments humains, qui s’engage à soutenir une jeune adolescente dans un processus de guérison. Les descriptions d’un monde qui semble différent du nôtre, qui semble flou. Le prix de l’engagement ? Le prix de la foi ?

Durant ma lecture, plusieurs questions se sont imposées. Quelle est la place d’un robot ultra-performant auprès d’une famille ? Sommes-nous remplaçables ? Quelle vision devons-nous avoir sur notre monde ? Quel est mon lien avec la foi ? Cette lecture me laisse avec quelques réflexions à faire.

Titre original : Klara and the Sun

Membre : Pierre, Saint-Jean-sur-Richelieu

Ishiguro, Kazuo. Klara et le Soleil, Éditions Gallimard, collection Du monde entier, 2021, 384 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter