06 jan 2012

Kennedy et moi

Dubois, Jean-Paul

Kennedy et moi

Résumé : « S’il achète un revolver, rend visite à l’amant de sa femme, et finit par mordre sauvagement son dentiste, c’est que Samuel Polaris va mal. Très mal. À moins que les autres, les gens « normaux » – avec leurs plans de carrière, leurs adultères, leur incompétence arrogante – n’aient basculé dans une sorte de folie collective. Allez savoir. Parce qu’il n’a pas le choix, parce qu’il est amoureux de sa femme et qu’il refuse de se résigner au pire, Samuel Polaris décide de reconquérir sa dignité. Même s’il doit, pour cela, voler à son psychiatre la montre que portait Kennedy le jour où il a été assassiné. Nerveux, caustique, érotique, Kennedy et moi est le miroir où vient se refléter la « contre-vie » contemporaine. »

Un exemple de cette écriture mordante : « [...] elle venait de comprendre qu’elle vivait à côté d’un serpent à l’esprit tortueux, capable de mordre à tout instant, mais aussi, ce qui l’inquiétait bien davantage, de ramper au plus près de sa proie, de jouer un instant avec sa victime pour mieux l’étudier, la rassurer, avant de lui injecter, lorsqu’il jugerait le moment propice, sa dose fatale de venin. »



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Membre : Montréal

Dubois, Jean-Paul. Kennedy et moi, Éditions du Seuil, 1996, 203 pages.

Catégorie : Romans : récits humoristiques

Consulter la disponibilité de ce document dans nos bibliothèques.

Pour laisser un commentaire

*