09 août 2018

Joshua, au passé, au présent

Richler, Mordecai

Joshua

Un auteur qui m’était totalement inconnu sauf de nom, évidemment. En lisant ce roman, j’ai été étonné d’y trouver autant de plaisir. Richler écrit avec un stylet plus qu’avec un stylo. Il n’a pas la langue dans sa poche.

Tout y passe dans ce roman : les riches de « Westmount la haute », le monde interlope, les magouilles des politiciens, les frasques des hommes envers les femmes (et vice versa)… et, bien sûr, quelques coups de griffes à l’encontre de certains comportements des Québécois francophones. Et quel plaisir de découvrir cet humour juif qui m’était presque entièrement étranger.

Le récit est touffu, mais on finit par s’y retrouver et à la fin, on a le goût d’aller en lire un autre de ce fameux Richler.

Babelio : « Joshua Shapiro, fils d’un boxeur devenu contrebandier (et escroc à la petite semaine) a plutôt bien réussi dans la vie. Écrivain, journaliste, vedette du petit écran, il se prendra de passion pour l’éblouissante Pauline, fille de sénateur, qui évolue dans la société la plus huppée de Montréal, et qui deviendra sa femme. Plongé ainsi dans un autre milieu, Joshua, blagueur, rebelle, n’en faisant qu’à sa tête, se rebiffera contre les conventions pour se retrouver au cœur de situations les plus scabreuses […] Mordant, féroce, l’humour de Richler n’en finit pas de désarçonner. Et pourtant, sous des dehors comiques et provocateurs se cachent de belles leçons de vie. »

Titre original : Joshua Then and Now

Membre : Saint-Jean-sur-Richelieu

Richler, Mordecai. Joshua, au passé, au présent, Éditions du Boréal, 1980, 2015, 558 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Une réponse pour “Joshua, au passé, au présent”

Luce Leclerc dit : - 10 août 2018

C'est un de mes romans préférés (sinon MON préféré) de Richler. À lire en anglais, si vous le pouvez, car ses livres ont été malheureusement traduits en France, ce qui rend très mal (ou même pas du tout) la spécificité montréalaise.

Pour laisser un commentaire

*