21 juin 2013

Jean Santeuil (Tome II)

Proust, Marcel

Ce tome II m’a autant enchantée que le premier. Même s’il y a quelques passages un peu touffus, ils sont intéressants, comme ces passages sur la politique de l’époque, où on peut s’apercevoir que tout n’a pas changé. Toujours ces mêmes descriptions poétiques, où les paysages sont si bien décrits que l’on croirait y être, ces portraits teintés d’un humour très fin, comme lorsque la duchesse de Réveillon, quand Jean Santeuil dit avoir entendu le tonnerre alors qu’il n’y en avait pas eu, s’écria : « c’était la grêle, heureuse de cet anoblissement de sa grêle », écrit-il.
Ou le portrait du député Marie, corrompu, qui s’accommodait bien de la religion puisque de s’avouer « pauvre pêcheur » était « une confession qui le dispensait d’aveux plus particuliers et plus pénibles ». Ou encore cette scène dans le train où Jean Santeuil fait toutes sortes d’hypothèses sur la personnalité des passagers qu’il côtoie, pour s’apercevoir, au dernier moment, qu’il s’est bel et bien trompé.
Je voudrais aussi mentionner ce chapitre où il est question de « la transmutation du souvenir » si cher à l’auteur. Il note que dans des moments particuliers, un travail intérieur se fait, quand des expériences passées viennent changer la compréhension que l’on avait de la réalité à laquelle, justement, on ne prêtait plus attention.
Une continuité du présent et du passé qui procure « la joie… nous inondant du sentiment d’une vie permanente », dit Marcel Proust.
À ce sujet il est intéressant d’écouter l’émission Plus on est de fous plus on lit, du 22 mai 2013. Le livre de Gilles Deleuze, Proust et les signes, y est commenté par Alain Farah.
J’anticipe beaucoup de plaisir à lire le reste des livres de Marcel Proust, une mine d’or pour moi.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Membre : Île-des-Soeurs

Proust, Marcel. Jean Santeuil (Tome II), Éditions Gallimard, 1952.

Catégorie : Classiques

Consulter la disponibilité de ce document dans nos bibliothèques.

Pour laisser un commentaire

*