01 nov 2018

J’ai perdu Albert

Cauwelaert, Didier van

J'ai perdu Albert Didier Van C.

Un roman qui, même s’il est une satire un peu féroce des excès de nos sociétés modernes, est très original, très amusant et parfois aussi touchant. Merci aux membres du Club des Irrésistibles qui en ont fait la suggestion.

Le ton, un peu parisien avec quelques expressions d’argot, n’est pas sans rappeler Raymond Devos. L’humour y est pratiqué par un virtuose. En voici un exemple parmi beaucoup d’autres : « À force de désespérer de la race humaine j’ai chopé un alien. Voilà. Premier temps il me squatte ; deuxième temps il m’expulse. Quand il aura débarrassé mon corps de ma pensée, il pourra piloter en toute quiétude son nouveau moyen de transport. »

Un peu de morale à cette histoire : cela ne sert pas à grand-chose de connaître l’avenir si ce n’est qu’à gâcher le présent, ou encore, il ne faut jamais s’approcher du pouvoir, ça déteint.
Une lecture récréation.

Membre : N.L., Île-des-Soeurs

Cauwelaert, Didier van. J’ai perdu Albert, Éditions Albin Michel, 2018, 224 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Une réponse pour “J’ai perdu Albert”

Carole Miville dit : - 22 novembre 2018

J'ai adoré ce livre... de quoi se dérider durant le mois de novembre.

Pour laisser un commentaire

*