19 mar 2020

Idiss

Badinter, Robert

Idiss livre de poche

L’auteur raconte à ses petits-enfants la vie de sa grand-mère, Idiss, Juive née en Russie qui a eu une destinée singulière. Toute jeune, elle souffre de l’antisémitisme naissant dans son pays et assiste à des pogroms d’une grande violence.

Elle épouse Schulim qui lui donne deux fils, Avroum et Naftoul. Son mari la quitte bientôt pour s’engager dans la garde du tsar. Elle vit alors seule dans la pauvreté et ne vend pas au marché les broderies qu’elle a faites. Pour s’en sortir, elle fait plutôt de la contrebande de tabac.

Son mari revient après cinq ans d’absence. Après cette année de retrouvailles naît leur troisième enfant, une fille, Chira, appelée plus tard Charlotte, qui sera la mère de Robert et de Claude Badinter.

Schulim s’adonne au jeu et y perd tout l’argent de la famille. Pour les Juifs, en Russie, l’horizon reste toujours chargé de menaces – les communautés juives sont rejetées collectivement. L’idée de s’exiler vers des cieux plus tolérants fait son chemin : aller ailleurs, gagner d’autres lieux où ils bâtiraient un autre avenir.

Les deux fils partent les premiers pour la France et vivent d’abord chez des cousins, puis s’installent dans un ancien atelier qui servait d’entrepôt pour les vêtements qu’ils achetaient à bon compte et revendaient après les avoir retapés et mis à la mode ! Puis les parents s’exilent à leur tour et se spécialisent dans les fourrures, commerce où ils font fortune…La clé de ces familles juives, c’est leur confiance dans l’éducation et les diplômes, ce qui leur permet « d’arriver » malgré l’ostracisme perpétuel.

La grand-mère profite de l’ascension sociale des enfants et des petits-enfants, mais reste traumatisée par la persécution des Juifs qui la laissera marquée jusqu’à la fin de sa vie, tremblant avec raison du sort réservé aux siens pendant la Deuxième Guerre mondiale ! Elle s’éteint au printemps 1942, analphabète, ne parlant que le russe ou le yiddish, respectant jusqu’au bout les rites de la religion juive.

Ce livre est, certes, un hommage à la terre d’asile que fut la France avant l’Occupation.

Membre : Outremont

Badinter, Robert. Idiss, Éditions Fayard, 2018, 230 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter