30 juin 2022

Guerre

Céline, Louis-Ferdinand

Guerre Céline

À cause du titre, je suis entré dans ce roman avec une certaine appréhension. Pas trop envie, ces temps-ci, d’une atmosphère de charnier… Mais Céline étant Céline, son style extraordinaire désamorce, en fait, la violence de son évocation de la Première Guerre mondiale. J’ai même ri, imaginez… Plaisir, aussi, de retrouver sa « petite musique », celle-là même qui s’entend dans Voyage au bout de la nuit.

À quoi tient-elle au juste, cette musique ? J’aime tant, que je n’ai jamais trop cherché à savoir. Une chose est sûre, elle a évolué ; du Voyage jusqu’à D’un château l’autre, Céline pousse plus loin son style, systématise l’emploi des trois points, démantèle complètement la phrase… Moi, je n’ai pas évolué. Ce qui m’avait soufflé dans le Voyage, lu une première fois à vingt ans, c’est aussi ce qui m’a d’abord plu dans Guerre, soit l’emploi distinctif de certains mots, des adverbes pour la plupart : « bien plus fort que moi alors », « à ce moment-là quand même », « c’était bien leur tour », « un canon tout à fait loin », « le train s’est traîné encore tout au bord de la campagne », « en cercle pour ainsi dire », « l’idée est venue, bien alors », « de l’injure bien vengée tout entière en fin de compte », « pour le plaisir en somme », « qui me faisait plutôt résister, suprêmement », « c’était le mien quand même de cœur », « que je me disais », « faut le dire », « pour de bon », « tout le monde était dans l’émotion vive »…

Liste non exhaustive, à mettre en lien avec l’effet d’oralité, qui est la grande affaire de Céline. D’où aussi l’emploi de termes empruntés à l’argot et au registre familier de la langue, le « ça » et autres petits trucs du métier. Et les insultes aussi, d’une prodigieuse et infinie créativité ! Les personnages, forts en gueule, s’y donnent à fond, sans retenue aucune. Défoulatoire et jubilatoire. Ma préférée : « confiture d’étrons » !

Céline a fait des petits. Suffit de lire San Antonio pour s’en convaincre. Ou Annie Ernaux. Son premier roman, Les Armoires vides, utilise aussi l’argot, le langage familier, un vocabulaire extrêmement varié, une certaine virulence, jusqu’au chaos de la phrase, pour exprimer la réalité d’une enfant de la classe ouvrière normande ; le rythme des phrases est célinien, jusqu’à l’utilisation, même, des fameux trois points.

Alors, lire ou pas, Guerre ? C’est un brouillon, faut pas l’oublier. Je me demande quand même si l’univers célinien est soluble dans notre époque, si prompte au jugement moral. Univers pessimiste à l’extrême (« un malheur arrive jamais seul », « il pouvait jamais plus arriver que du pire »), où la bonté est (presque) totalement absente, la méfiance, toujours éveillée. Tout acte a sa raison, aucun n’est désintéressé. Il y a toujours quelqu’un, quelque part, qui veut nous faire danser sur sa musique. Ce que m’a appris cet écrivain misanthrope, c’est la théâtralité des comportements humains. J’ai retrouvé dans Guerre ce regard sur les gens et les choses, à travers l’évocation de la vie sous les bombes, laquelle a remplacé pour toujours la vie d’avant, « avant qu’on soye condamnés à mort », et où les corps ne sont plus que « viandes », « saignants », « puants », « purulents »…

Il faut lire Guerre parce que, bien que pessimiste, Céline y réaffirme la puissance de la pulsion vitale (« je sentais de la vie qu’il en restait encore beaucoup en dedans, qui se défendait pour ainsi dire »). Au-delà des belligérants, la bataille oppose, ultimement, la vie à la mort. C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre les scènes de sexe débridées, et les extraordinaires volées d’insultes, comme la libération d’une vitalité qui refuse de se donner pour vaincue.

Il faut lire Guerre aussi parce que ce « délire des choses » où tout espoir s’annihile, est encore celui d’aujourd’hui. Simplement, le bruit s’est tu, nous vivons dans un oppressant et comme irréel « printemps silencieux » (Silent Spring). De ses parents, Ferdinand le narrateur dira : « Ils ne concevaient pas ce monde d’atrocité, une torture sans limite. Donc ils le niaient ».

Membre : S. de Montréal

Céline, Louis-Ferdinand. Guerre, Éditions Gallimard, collection Blanche, 2022, 185 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter