25 sept 2014

Freud, l’écrivain

Mahony, Patrick J.

Freud L-ecrivain

Pour Patrick Mahony – ex-professeur de littérature anglaise à l’Université de Montréal et psychanalyste –, Freud, par-delà ses théories sur l’inconscient, le complexe d’Oedipe, etc., était un écrivain remarquable, très sensible au public-lecteur auquel il s’adressait. Et dans ce livre, à mon avis exceptionnel, Patrick Mahony expose les stratégies d’écriture de Freud qui en font un écrivain passionnant.
Tout d’abord, les textes de Freud sont des dialogues, où il met le lecteur dans la confidence, lecteur auquel il s’adresse individuellement, de la même façon que, lorsqu’il donnait une conférence, Freud se choisissait un auditeur particulier en fonction duquel il ordonnait tout son exposé, plutôt que de faire un discours anonyme à tout le groupe.
Par ailleurs, contrairement au style impersonnel de la 3e personne du singulier auquel ont recours les scientifiques dans leurs écrits, Freud, lui, passe continuellement du « je » au « vous » et au « nous », circulant entre ces trois personnes, donnant ainsi un caractère ouvert à ses essais. Il les écrit comme s’il découvrait la vérité en chemin tout en écrivant. Tout comme Montaigne, son écriture est une « pensée pensante » et non une « pensée pensée ».
Aussi, de dire Mahony, Freud a recours à la technique du balayage, commentant tout le temps ce qu’il fait, ce qu’il a fait, ce qu’il s’apprête à faire, exposant en permanence sa réflexion sur l’écriture elle-même, ce qui ajoute à notre plaisir de lecteur : nous nous voyons ainsi, tout comme lui, entraînés à nous poser des questions sur ce que nous sommes en train de lire.
Par ailleurs, Freud écrit toujours ses rêves au présent (je marche dans une pièce, je vois mon père…) et non au passé, ce qui donne l’impression aux lecteurs d’assister au rêve ainsi décrit. Et les cas que nous présente Freud, ce ne sont pas des histoires de maladies, mais des histoires de patients, que l’on peut lire réellement comme s’il s’agissait d’histoires écrites par un écrivain.
Il y a aussi toute une atmosphère onirique qui se dégage de la lecture de Freud, dont Mahony dit qu’on peut considérer l’ensemble de ses livres comme une immense Interprétation des rêves (du nom de son livre-clé écrit en 1900). Ou, autre façon de voir l’ensemble, qu’il s’agit là de la longue écriture de son auto-analyse, qui aura été véritablement une cure d’écriture.
Et pour faire image sur tout ce qu’est l’écriture de Freud, Mahony nous dit d’imaginer un jongleur qui se regarderait dans des miroirs en lançant et en rattrapant des balles colorées, ce jongleur décrivant en même temps comment il attrape les balles et ce qu’il éprouve en le faisant ; et tout en continuant à jongler avec ses balles, qu’il analyserait les sentiments des spectateurs concernant ce qu’il est en train d’exécuter. L’écriture de Freud, ce serait cela.

Membre : Ville Mont-Royal

Mahony, Patrick J. Freud, l’écrivain, Éditions Les Belles Lettres, collection Confluents psychanalytiques, 1980, 1990, 285 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Catégorie : Documentaires/Essais


Pour laisser un commentaire

*