18 jan 2018

François Mauriac : biographie intime (vol. 1 et vol. 2)

Barré, Jean-Luc

Adobe Photoshop PDF

Plus de mille pages qui donnent un plaisir de lecture peu commun parce que l’auteur entrecoupe ses constatations de longs extraits d’écrits variés de François Mauriac, de ses fils, de ses amis et ennemis réputés des cercles littéraires, journalistiques et politiques, de cette époque glorieuse de la littérature française. Un récit donc très vivant, au point où j’ai pu le lire en quelques jours et j’ai éprouvé un peu de contrariété à le terminer, ayant l’impression de quitter un être familier.

Le livre n’est pas seulement intéressant et bien écrit, il esquisse un portrait nuancé et chaleureux. François Mauriac était loin de n’être qu’un écrivain catholique un peu bigot, austère et perclus de culpabilité, naviguant dans des univers très noirs. Il n’était pas non plus qu’un homosexuel se sentant hors normes. Homosexualité d’ailleurs qui semble avoir été en grande partie fantasmée. C’était un homme courageux et engagé, qui a continué malgré les critiques à dénoncer la société bourgeoise de Bordeaux, qui a été actif pendant les deux grandes guerres de son époque, travaillant à la Croix-Rouge, cheminant dans la résistance, défendant les droits de l’homme et qui a pris parti lors de la guerre civile espagnole et dans le conflit colonial de la France avec le Maroc et l’Algérie.

Un journaliste d’opinion s’opposant parfois même à Jean-Jacques Servan-Schreiber, directeur du journal L’Express qui l’avait engagé dans les années cinquante. Il a même, à l’occasion, critiqué l’Église « cette mère poule aux ailes gonflées ».

Du côté plus intime, s’il était souvent un solitaire, quand il écrit à sa femme, à ses amis ou quand il parle de ses enfants, c’est touchant. Sa relation avec De Gaulle est même émouvante. Dans son discours à Alger en octobre 1943, De Gaulle cite Mauriac : « Paris accroupi au bord de son fleuve cache sa face dans ses bras repliés ».

C’était aussi un homme qui aimait passionnément la nature, son coin de pays, la lande girondine, et s’occupait de ses vignobles. Il est décrit dans sa vieillesse comme « un vieux chat » pelotonné, l’oeil mi-clos dans son panier, qui s’amuse à entretenir la rivalité entre ses deux maîtres parce que, septuagénaire, il continue à avoir des projets d’écriture en se servant de la tribune de L’Express tout autant que celle du Figaro qui sont en compétition. Il a des projets de romans aussi. Il continue malicieusement de déranger.

Alors qu’il vient d’être dénigré dans un article au sujet de son « homosexualité », il pouffe de rire et dit : « Je n’aurais jamais cru qu’à plus de quatre-vingt ans j’exciterais encore tant de gens avec ma vie sexuelle ! » Tout un homme… et il a fallu plus de mille pages pour essayer de le cerner !

Volume 1, 1885-1940 (Fayard, 2009).

Volume 2, 1940-1970 (Fayard, 2010).

Prix de la meilleure biographie en 2011.

Membre : N.L., Île-des-Soeurs

Barré, Jean-Luc. François Mauriac : biographie intime, Éditions Fayard, 2009-2010, 730 pages (vol. 1) et 526 pages (vol. 2).



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*