09 nov 2017

Eurêka !

Iwaaki, Hitoshi

Eureka Manga

Après avoir lu Astérix et la Transitalique (2017), il était tout naturel de poursuivre avec ce récit du siège de Syracuse durant la Deuxième Guerre punique qui démontre un peu la façon brutale avec laquelle Rome a tranquillement pris le contrôle de la péninsule italique et de la Méditerranée.

Eurêka ! (Heurēka) est un manga historique seinen (jeune adulte) créé par Hitoshi Iwaaki, surtout connu pour le manga d’horreur Parasite.

D’abord pré-publié en série dans le magazine Young Animal, Eurêka est paru en un seul volume chez Hakusensha en décembre 2002 et a été traduit en français chez Komikku en janvier 2014. Iwaaki travaille actuellement sur un autre manga historique, intitulé Historiē (pré-publié dans Afternoon, il y a déjà dix tomes de parus chez Kōdansha entre octobre 2004 et mars 2017), qui traite de la vie d’Eumène de Cardie, chancelier d’Alexandre le Grand.

En 216 avant notre ère, l’armée romaine (malgré sa supériorité numérique) est défaite à Cannes par une armée de coalition (Carthaginois, Celtes, Ibères) sous le commandement d’Hannibal, qui s’oppose à la volonté de Rome de conquérir toute la Méditerranée. À la suite de cette victoire, la Macédoine et la Sicile s’allient aux Carthaginois. Épicydès, un partisan de Carthage, prend le contrôle du gouvernement de la ville de Syracuse et rompt l’alliance avec les Romains.

En 213, Rome réagit en envoyant son général le plus expérimenté, « le glaive de Rome », Marcus Claudius Marcellus, qui assiège la ville. Grâce aux ingénieuses machines de guerre créées par Archimède, la ville résistera toute une année avant de succomber et d’être pillée.

Eurêka ! raconte tout particulièrement l’histoire du spartiate Damippos alors qu’il vient en aide à son amie Claudia qui, même si elle est citoyenne de Syracuse, est d’origine romaine et donc susceptible d’être arrêtée par les partisans de Carthage. Ils se réfugient chez Archimède. Il est témoin de nombreuses tentatives infructueuses des Romains pour prendre la ville. Il se retrouve impliqué malgré lui dans les combats alors qu’il doit représenter Archimède, trop sénile pour être présent. Il invente même un stratagème de miroirs pour brûler des navires romains. Alors que le siège s’éternise, Claudia s’inquiète pour sa famille et Damippos l’aide à fuir la ville, mais elle est blessée. Capturé, Damippos se voit obligé d’aider les Romains…

Dans l’ensemble, c’est un assez bon manga. Le récit est intéressant, mais le dessin laisse parfois à désirer (les traits des personnages sont un peu simples et les arrière-plans minimalistes, sauf pour quelques scènes panoramiques), mais c’est assez bien pour être tout de même agréable à l’oeil. La fluidité du récit fait parfois défaut avec un enchaînement de scènes un peu confus (des fois je me demandais si des pages ou des cases n’avaient pas été inversées par erreur). Le fait d’avoir travaillé sur des mangas d’horreur donne à Iwaaki l’avantage pour illustrer les scènes de batailles sanglantes.

C’est bien sûr un manga historique, mais il faut comprendre que le récit est largement romancé et que seuls les événements les plus importants sont véridiques. Il est, en effet, peu probable qu’Archimède ait utilisé des miroirs pour brûler la flotte romaine alors que l’historien Tite-Live ne fait mention que de sa contribution à l’architecture défensive et aux machines de guerre – qui n’étaient certainement pas aussi spectaculaires et sanglantes que le récit le laisse croire. Mais Archimède reste tout de même un génie en physique (hydrostatique) et en mathématique (géométrie) et il serait même possiblement l’inventeur du mécanisme d’Anticythère !

Un bon manga pour les amateurs d’histoire romaine !

Titre original : ヘウレーカ / Heurēka

Membre : Claude J, Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension

Iwaaki, Hitoshi. Eurêka !, Éditions Komikku, 2014, 260 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*