11 avr 2019

Étrochey

Damisch, François

Etrochey

L’auteur appelle ce livre un roman, pour moi c’est l’aventure vécue d’un jeune de 15 ans dans un pensionnat sévère où il se trouve avec des camarades au caractère insoumis. Il montre bien que pour être accepté des autres et s’entourer d’amis, il faut faire preuve d’un « truc » dit-il, que « tu es seul à avoir, et ainsi tu deviens incontournable ».

Il faut bien comprendre que ces jeunes vivent en vase clos, c’est la révolte, et tout peut devenir dangereux ; il faut donc être organisé et se faire de solides amitiés. Dans le groupe, ils sont huit. Au début, il y a un chef qui l’est parce qu’il est ancien, et ce chef devient très fort car, étant le plus adapté à la situation, il sera temporairement le maître d’œuvre. Sans la confiance du groupe, tout bascule !

« Il n’y a que nous qui comptons, nous que le directeur veut redresser [...] il n’arrivera à rien. Rien, c’est lui. Tout, c’est nous. » Pour retrouver la liberté, les frontières de l’inimaginable sont dépassées.

Le style est très rapide, volontairement, car ce jeune de 15 ans tenait à la vitesse – très peu de ponctuation et d’aération – en cela, c’est un peu difficile à suivre, mais c’est à lire, si possible, d’une traite, pour vraiment entrer dans la vie de ce groupe.

C’est un livre intéressant dont le sujet est peu commun, qui nous fait comprendre la psychologie de jeunes pensionnaires révoltés, épris de liberté, et le moyen pour eux de s’en sortir.

Membre : Outremont

Damisch, François. Étrochey, Éditions Persée, 2018, 182 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*