23 fév 2017

Étincelle

Plomer, Michèle

Etincell Plomer

Michèle Plomer, écrivaine québécoise, excellente conteuse, a vécu de nombreuses années en Chine. Elle a déjà publié la trilogie Dragonville, saga sino-québécoise qui traverse le temps et les continents.

Dans ce dernier roman, une autofiction, on fait connaissance avec son amie Song. Elles se sont rencontrées à l’université de Shenzhen où l’auteure enseignait l’anglais.

Michèle avait accepté l’invitation à souper de son amie pour célébrer son anniversaire de naissance mais s’est, par la suite, désistée afin de passer la soirée avec son amoureux. Song qui habite depuis peu un appartement hors campus dont l’université est propriétaire, décide, le soir de l’anniversaire, de préparer le souper planifié et lorsqu’elle allume la cuisinière au gaz, tout saute. Elle est grièvement brûlée sur tout le corps.

Ce roman raconte le combat de Song pour sa survie : son courage illimité, les douleurs endurées, les traitements octroyés, les opérations. Pour la soutenir dans ce combat, il y a l’amour sans bornes de son père, l’amitié indéfectible de Michèle (d’autant plus bouleversée, car ce repas était prévu pour elle), le soutien des étudiants de Song, l’extrême dévouement du personnel hospitalier.

Ce roman nous fait aussi voir l’emprise du gouvernement chinois (représenté ici par le recteur de l’université ainsi que le directeur de l’hôpital) sur la vie des gens. Le père de Song aura la force de s’y confronter.
Un récit prenant sur le courage, l’amour, l’amitié.

Membre : Outremont

Plomer, Michèle. Étincelle, Éditions Marchand de feuilles, 2016, 306 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*