30 nov 2012

Et puis, Paulette…

Constantine, Barbara

Ferdinand habite seul dans une grande ferme vide. Sa femme est décédée. Un de ses fils habite en Australie et ne donne que rarement de ses nouvelles et son autre fils vient de quitter la ferme avec sa femme et ses deux enfants pour aller vivre au village.
Un orage s’abat sur la région et il réalise que la maison de sa voisine est fortement endommagée. Ses petits-enfants le poussent à inviter la voisine chez lui, le temps des travaux. Ferdinand hésite. Il ne la connait pas. Ce ne sont pas dans ses habitudes d’aller vers les autres…
Mais il finira par y aller. Et sa voisine accepte. Puis, il y aura son grand ami, soudainement veuf, qui se morfond chez lui, puis cette jeune étudiante infirmière qui ne sait pas où se loger qui accepte de venir…
Petit à petit, sa grande ferme se remplit. Une nouvelle vie s’organise pour toutes ces personnes esseulées.
Cette histoire fait un peu penser au magnifique livre de Jocelyne Saucier, prix des Irrésistibles 2012.
Seul petit bémol : un usage parfois excessif d’argot français.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Membre : Lachine

Constantine, Barbara. Et puis, Paulette…, Éditions Calmann-Lévy, 2012, 312 pages.

Catégorie : Romans : récits humoristiques

Consulter la disponibilité de ce document dans nos bibliothèques.

Une réponse pour “Et puis, Paulette…”

Les Irrésistibles » Et puis, Paulette dit : - 6 septembre 2013

[...] oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici. Partager cet article sur : function fbs_click() [...]

Pour laisser un commentaire

*