23 fév 2017

Entre amis

Oz, Amos

Entre amis petit format

Ces huit petits récits se passent au kibboutz Yikhat, en Israël, alors que David Ben Gourion était premier ministre dans les années 50.
Les histoires se lisent facilement malgré les noms étrangers.

Les personnages sont présentés par de brefs traits essentiels et chacun a sa personnalité propre. Certains sont attachants, certains sont décevants, mais ça ne laisse personne indifférent.

L’auteur décrit leurs habitudes succinctement et le récit démarre, parfois avec un autre personnage. Exemple : dans la nouvelle Deir Ajloun, la mère, au début, veut diriger son fils vers une carrière prestigieuse. La dernière nouvelle, L’Espéranto, révèle chez Amos Oz, le désir de rassembler des gens dont les vies sont différentes.

De nombreuses petites digressions servent à mieux nous faire connaître les personnes, leur psychologie. La fin des histoires correspond à un trait psychologique, connu du lecteur jusque-là, mais accentué. Exemple : Tsvi Privizor sème de mauvaises nouvelles à tout vent et l’histoire se termine (mais ce n’est pas encore la fin) alors qu’il annonce que le roi de Norvège est mort.

Les principaux thèmes sont, selon l’ordre des nouvelles : le sens du toucher, la séparation, l’équilibre, la persévérance, la perte de contrôle, la tentation, l’avenir, l’habitude. Ces thèmes reflètent les problèmes auxquels les gens du kibboutz ont à faire face parfois. Il est possible d’analyser chacun, plus en profondeur.

Originalité surprenante des faits racontés. On dirait que l’inéluctable est pour se produire et puis une autre direction est prise. Ça devient étonnamment simple tout en restant peu banal. Excellent recueil : coup de cœur, 9/10.

Titre original : Beyin khaverim

Membre : Verdun

Oz, Amos. Entre amis, Éditions Gallimard, collection Du monde entier, 2012, 2013, 157 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*