15 nov 2018

Dans ma peau : autobiographie, 1919-1949

Lessing, Doris

Dans ma peau autobiographie Lessing

Doris Lessing est l’auteure, entre autres, de Vaincue par la brousse (1950), Le Carnet d’or (1962), Les Carnets de Jane Somers (1984) et de plusieurs autres chefs-d’œuvre, tous plus ou moins autobiographiques.

C’est une féministe avant l’heure, une défenderesse des Africains sous la coupe des Blancs en Afrique du Sud. C’est une femme éprise de justice et d’honnêteté au point d’avouer qu’elle avait fait fausse route en adhérant au communisme soviétique. Une femme complexe, assoiffée de liberté qui a abandonné mari et enfants pour aller refaire sa vie ailleurs avec un autre homme.

Dans cette première tranche de son autobiographie, elle raconte justement les difficultés de vivre avec ses parents (sa mère en particulier), son premier mariage, la naissance de ses deux premiers enfants, ses luttes pour la reconnaissance des droits des Noirs, sa rencontre avec Gottfried, le communiste, avec qui elle aura un troisième enfant, ses désillusions du communisme et son départ pour Londres et son divorce à la fin des années 40.

Au tout début du livre, il y a une phrase qui m’a beaucoup frappé, car je crois qu’elle est d’actualité : « [...] le pire des héritages de la Première Guerre mondiale : la pensée que si notre race est incapable d’apprendre, quel sera notre avenir ? Avec des gens aussi stupides que nous, que peut-on espérer ? »

Titre original : Under my Skin : Volume One of My Autobiography, to 1949

Membre : Saint-Jean-sur-Richelieu

Lessing, Doris. Dans ma peau : autobiographie, 1919-1949, Éditions Albin Michel, collection Les Grandes Traductions, 1994, 1995, 497 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*