29 nov 2013

Correspondance 1927-1938 : Stefan Zweig / Joseph Roth

Zweig, Stefan et Roth, Joseph

C’est une lecture très intéressante, mais j’en suis sortie assez chagrinée. Joseph Roth m’est apparu peu sympathique et trop souvent victime de son triste sort, même si sa misère était sûrement bien réelle sur le plan financier. Sa continuelle sollicitation de Stefan Zweig à ce niveau, tout en lui faisant des reproches, n’a pas aidé. Joseph Roth dit par exemple : « enclin que vous êtes à accabler le malheureux et à souvent ne reconnaître du mérite qu’aux gens heureux vous auriez eu du mal à me comprendre. » En fait, Stefan Zweig essaye de lui montrer l’effet néfaste de l’alcool sur son état et sur son caractère chicanier. Lui, Joseph Roth, pense qu’on ne devrait pas parler de dépendance, mais de « vigilance à l’alcool », lui attribuant un effet bénéfique sur sa capacité à écrire.
Il m’a été beaucoup plus facile d’être sympathique à la douleur de Stefan Zweig due à la guerre et au reniement de ses oeuvres, alors que là, Joseph Roth, lui, dit qu’il est défaitiste.
Il y a toutefois des remarques presqu’amusantes de la part de Joseph Roth comme : « Mon grand-père, comme tous les juifs, a dit un jour : quand un imbécile jette une pierre dans le jardin, des milliers de sages ne peuvent l’enlever. » Car Joseph Roth m’a semblé très intelligent, en effet, mais aussi un tantinet manipulateur.
J’ai compris en lisant cette correspondance pourquoi j’avais trouvé dans Job : roman d’un homme simple (1930), un côté charmant : l’auteur dit bien qu’il a eu du plaisir à l’écrire. Est-ce aussi son côté charmeur ? Car Joseph Roth semble avoir eu du succès auprès des dames.
Doit-on lire les correspondances des auteurs pour mieux les lire ? À l’émission La Grande Librairie, Alice Kaplan, n’a pas répondu à cette question posée par François Busnel.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Membre : Île-des-Soeurs

Zweig, Stefan et Roth, Joseph. Correspondance 1927-1938 : Stefan Zweig / Joseph Roth, Éditions Bibliothèque Rivages, 2013, 472 pages.

Catégorie : Correspondance/Journal

Consulter la disponibilité de ce document dans nos bibliothèques.

Pour laisser un commentaire

*