25 sept 2014

Charlotte

Foenkinos, David

Charlotte

Je n’ai pas beaucoup pratiqué cet auteur. Je n’ai en fait lu que son roman La Délicatesse (2009). Une pure bouffonnerie qui m’avait fait passer du bon temps. Du genre : au suivant. Il s’attaque cette fois-ci à un sujet beaucoup plus grave. Une biographie romancée de Charlotte Salomon, une artiste peintre juive allemande, morte à Auschwitz en 1943. Un long cantique de la mort, poignant. Une véritable prouesse sur le plan de la forme : une phrase par paragraphe, des phrases courtes et riches, pas de pathos.
Un extrait, relatant les débuts de la Première Guerre mondiale, tout y est, sobrement :
« Le pays entre en guerre et c’est peut-être mieux.
Le chaos est le juste décor à leur douleur.
Pour la première fois, le conflit est mondial.
Sarajevo fait tomber les empires du passé.
Des millions d’hommes se précipitent vers leur fin.
L’avenir se dispute dans de longs tunnels creusés dans la terre. »

Membre : Rosemont

Foenkinos, David. Charlotte, Éditions Gallimard, 2014, 220 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*