01 juin 2017

Chanson douce

Slimani, Leïla

Chanson douce Sliman

Prix Goncourt 2016, je suis persuadé qu’Alfred Hitchcock aurait été heureux de mettre la main sur ce texte et d’en tirer un film aussi puissant que The Birds ou Psychose. Quand on m’a parlé de ce roman pour la première fois, le titre m’a fait penser à la berceuse d’Henri Salvador. Mais ce n’est vraiment pas ça !

Je ne dévoile rien en vous disant qu’il est question de meurtres d’enfants commis par une baby-sitter, car Slimani l’écrit en toutes lettres dès les premières lignes. L’intrigue se situe ailleurs. Un peu comme dans les romans noirs de Simenon : comment une femme de cette qualité en arrive-t-elle à passer à l’acte ?

Slimani est une journaliste marocaine dans la trentaine. Elle décroche le Goncourt dès son second roman. Ce n’est pas rien. Quel défi ce sera pour elle d’écrire son troisième !

Membre : Saint-Jean-sur-Richelieu

Slimani, Leïla. Chanson douce, Éditions Gallimard, collection Blanche, 2016, 240 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*