08 fév 2018

C’est le cœur qui lâche en dernier

Atwood, Margaret

C'est le coeur qui lache en dernier Atwood

Coup de cœur ? Oui et non. Il y a au moins 100 pages de trop et la fin est « so-so ». Mais ceci dit, Atwood y va à fond la caisse pour ridiculiser la société dans laquelle nous vivons, que ce soit au sujet de la sexualité, de l’aliénation des hommes et des femmes par rapport aux dernières découvertes scientifiques ou pseudo-scientifiques, de l’envahissement des nouvelles technologies.

Parfois, et même assez souvent, on se croirait dans un mauvais film de science-fiction coté 6 ou 7 ! Et c’est là que se trouve le génie de cette auteure : une façon ironique de nous faire comprendre le ridicule de la situation. Exemple : là où il semble tout à fait normal pour des hommes de penser ou d’agir de certaines façons, il apparaît alors tout à fait ridicule quand ce sont les femmes qui posent les mêmes gestes. Cherchez l’erreur !

Voici ce qu’on peut lire en quatrième de couverture : « Stan et Charmaine ont été touchés de plein fouet par la crise économique qui consume les États-Unis. Tous deux survivent grâce aux maigres pourboires que gagne Charmaine dans un bar sordide et se voient contraints de loger dans leur voiture… Aussi, lorsqu’ils découvrent à la télévision une publicité pour une ville qui leur promet un toit au-dessus de leurs têtes, ils signent sans réfléchir : ils n’ont plus rien à perdre.

À Consilience, chacun a un travail, avec la satisfaction d’œuvrer pour la communauté, et une maison. Un mois sur deux. Le reste du temps, les habitants le passent en prison… où ils sont également logés et nourris ! Le bonheur. Mais le système veut que pendant leur absence, un autre couple s’installe chez eux avant d’être incarcéré à son tour… »

Titre original : The Heart Goes Last

Membre : Saint-Jean-sur-Richelieu

Atwood, Margaret. C’est le cœur qui lâche en dernier, Éditions Robert Laffont, 2015, 2017, 446 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*