05 sept 2019

Ces enfants de ma vie

Roy, Gabrielle

Ces enfants de ma vie

Septembre, les enfants sont de retour à l’école. En phase avec la rentrée scolaire je relis Ces enfants de ma vie, un magnifique roman de Gabrielle Roy. C’est pour moi un rituel à l’automne.

L’auteure, avec son habituelle écriture toute en finesse et en sensibilité, trace les portraits de ses élèves alors qu’elle était une jeune institutrice dans un petit village du Manitoba. De touchants témoignages de ses premières expériences de « maîtresse d’école » qui s’est prise d’affection pour tous ces enfants. Ce livre est une célébration de l’enfance et une grande leçon d’humanisme.

Dans ces récits émouvants, nous faisons la connaissance de chaque élève : Vincento, dernier-né d’immigrants italiens, terriblement apeuré de laisser sa maison pour aller à l’école et qui, au seuil de la classe, s’accroche à son père ; Cédric, l’élève sérieux et appliqué, honteux d’être trop pauvre pour offrir un cadeau de Noël à l’enseignante ; Nil, à la voix d’or ; Demetrioff, le petit Russe un peu engourdi, mais qui possède un don très rare, ce qui fait la fierté de son bourru de père ; le lunatique André, préoccupé par les soucis de la maison, et finalement Médéric, le rebelle, pour qui la jeune Gabrielle vouera un amour tendre.

Car c’est bien de tendresse dont il est question dans ce magnifique livre. Plus que le dévouement d’une enseignante déterminée à faire cheminer ses élèves, il s’agit d’amour. C’est un vibrant hommage à une noble profession. Au-delà des époques, des programmes, des techniques, des modes et des stratégies d’apprentissage, le lien d’affection réciproque entre les professeurs et les élèves est la meilleure garantie de succès.

À la veille de la rentrée, combien d’enfants se demanderont comment sera leur nouveau professeur ? Sera-t-il sévère, gentil, sérieux ou joyeux ? Aura-t-il le rire ou la réprimande facile ? Et combien d’enseignants se demanderont à leur tour : « Les élèves vont-ils m’aimer ? »

J’ai une profonde admiration envers toutes ces personnes dévouées qui conduisent nos enfants sur les chemins de la connaissance. Je leur dédie ces paroles d’Yves Duteil :
« Prendre un enfant par la main
Pour l’emmener vers demain
Pour lui donner la confiance en son pas… »

Membre : Monique L. de Cookshire-Eaton

Roy, Gabrielle. Ces enfants de ma vie, Éditions du Boréal, 1977, 193 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*