01 mar 2018

Bug. 1

Bilal, Enki

Bug Bilal BD

Chaque nouvel album d’Enki Bilal est pour moi source de bonheur. J’aime son univers, son dessin et ce bleu qu’il mêle constamment à ses BD.

Dans le 1er tome de sa nouvelle série Bug, il nous plonge dans un monde cauchemardesque : un énorme bug a effacé toutes les données informatiques de la planète, qu’elles soient sauvegardées ou pas. Plus d’Internet, plus d’accès à tout ce qui a un rapport de près ou de loin avec un système informatique : banques, voitures, télévision… Pour communiquer, les médias ont recours aux vieilles ondes hertziennes. Gouvernements, scientifiques, informaticiens sont estomaqués et bien incapables de comprendre d’où vient ce bug.

Dans l’espace, Kameron Obb, seul survivant d’une expédition scientifique, est semble-t-il le seul capable d’expliquer ce qui s’est passé. Soudain doté d’une connaissance infinie, il doit aussi composer avec un corps étranger, insérer à son insu. Sur Terre, il devient l’homme à trouver…

C’est difficile de parler en quelques mots de cette BD qui m’a transportée dans un monde à la fois familier et futuriste. Familier, car je me rends bien compte à quel point Internet et ses technologies ont pris de la place dans notre quotidien. Futuriste, car ce monde dont parle Bilal nous projette dans une trentaine d’années… et semble fort plausible.

Par moments, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de textes explicatifs, mais c’est mon ressenti face à la BD en général ; je préfère imaginer les conséquences qu’auraient ce genre de bug plutôt qu’on me les explique.

Au final, ce premier tome est captivant, audacieux et envoûtant. Magnifique !

Membre : France

Cette suggestion est proposée par un lecteur du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal.

Bilal, Enki. Bug. 1, Éditions Casterman, 2017, 88 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*