18 fév 2016

Au piano

Echenoz, Jean

echeno

Histoire d’un pianiste, évidemment. Personnage un peu tordu quand même. Si on lit avec attention, on sait d’emblée qu’il va mourir violemment dans vingt-deux jours. Echenoz nous le rappelle à quelques endroits. Le lecteur lambda ne le croit pas. Rien chez Max (car tel est son nom) ne nous porte à croire qu’il pourrait un jour se retrouver dans une situation marquée par de la violence. De toute façon, l’attention se concentre plutôt sur le trac continuel que vit le virtuose et sur des efforts de Bernie (dont c’est la mission) pour s’assurer que Max se présentera sur scène à chaque concert sans avoir trop picolé au préalable. On se met au piano avec Max devant un public averti et on échappe une fausse note au deuxième mouvement. Que faire ? On se met au piano avec Max dans un gala de bienfaisance. Le public est plutôt dissipé. La musique passera-t-elle la rampe ? Petits suspenses orchestrés de façon magistrale jusque dans les moindres détails. Et puis, on commence à s’intéresser à Rose (c’est le prénom que l’auteur lui a donné) pour qui Max a longtemps auparavant beaucoup soupiré (et qu’il n’a jamais oubliée), mais sans jamais oser l’aborder. Et puis nous apprenons, en même temps que Max, qu’inversement, elle aussi, à la même époque, s’intéressait à Max sans oser l’aborder. Supposons maintenant qu’ainsi, trente ans plus tard, il croit la reconnaître dans un wagon de métro sur le point de démarrer dans la direction inverse de celle du wagon dans lequel il se trouve. On ne peut pas laisser se perdre un tel hasard. Max va se lancer dans une course effrénée pour la retrouver. Malheureusement, ainsi que l’auteur l’a annoncé d’entrée de jeu, Max décède prématurément sous la main de jeunes délinquants. On s’arrête là ? Non. On est à mi-course. La suite se passe dans l’au-delà… Un au-delà qui vaut le détour…

Membre : JimG de St-Athanase

Echenoz, Jean. Au piano, Éditions de Minuit, 2003, 222 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*