26 avr 2018

Artéfact

Leblanc, Carl

Artefact Leblanc

« C’est une belle histoire, je n’y peux rien. » Ainsi se termine ce roman, une histoire fondée sur des faits réels, mais probablement romancée grâce à l’imagination de l’auteur. J’ai terminé d’une traite ce court livre qui passe très habilement de l’année 2001 à 1944, et de 1945 à 47, 70, 85 ; chaque retour en arrière constitue une partie de l’histoire du XXe siècle.

L’auteur, un journaliste montréalais chargé d’un reportage traitant d’un criminel de guerre sur le point d’être déporté en Ukraine, son pays d’origine, est mené au musée de l’Holocauste de Montréal où il est envoûté par la possession la plus précieuse du musée, une carte de souhaits en forme de cœur, conçue pour célébrer le vingtième anniversaire de Klara, une jeune fille détenue à Auschwitz. Ce petit carnet porte les bons vœux et les signatures du groupe de jeunes femmes qui l’ont créé. Mais comment sont-elles parvenues au sein des atrocités commises à Auschwitz à produire cet objet ? Et que sont devenues ces femmes ? Ont-elles survécu ?

Comment le carnet a-t-il atterri à Montréal ? Nous sommes transportés dans une aventure stupéfiante qui va droit au cœur. Une phrase inoubliable prononcée par Elie Wiesel, ici même à Montréal, est particulièrement émouvante : « Un jour viendra quand, sans oublier l’inhumanité des bourreaux, on insistera sur l’humanité des victimes. »

Ce court livre n’a jamais reçu la visibilité qu’il mérite.

Membre : Westmount

Leblanc, Carl. Artéfact, Éditions XYZ, 2012, 155 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*