27 juil 2017

Arrive un vagabond

Goolrick, Robert

Arrive un vagabon 10-18

Une collègue bibliothécaire m’a conseillé de lire cet ouvrage et elle a vraiment bien fait. L’auteur nous plonge à Brownsburg, petite ville américaine à la fin des années 40. Il y règne une atmosphère tranquille mais tout de même un peu rigide. Les codes sont bien établis, les clivages raciaux sont admis et la religion est omniprésente.

C’est dans cette bourgade où prospère une nature généreuse que Charlie Beale décide de poser ses maigres bagages constitués d’une bonne somme d’argent, de couteaux de boucher et de quelques vêtements. D’où vient-il ? Qu’a-t-il fait avant ? On ne le sait pas, l’auteur nous indique simplement qu’il est boucher. Il se fait embaucher par Will Haislett qui tient la boucherie de la ville. Travailleur doué et sérieux, il gagne bien sa vie et achète des terres. Il se lie également d’amitié avec Sam, le fils de son patron, un petit garçon gentil qui le suit partout – c’est lui le véritable narrateur et témoin de cette histoire. Charlie est apprécié par les villageois et il commence à faire sa place, mais tout bascule le jour où Sylvan Glass, jeune femme sublime habillée comme une star d’Hollywood franchit la porte de la boucherie. Charlie tombe immédiatement amoureux de cette créature de rêve qui est l’épouse de Boaty Glass, l’homme le plus riche et sans doute le plus désagréable de la région.

À partir de cette rencontre, la tension va monter jusqu’au brutal dénouement. Cette chronique d’une passion destructrice est portée par un style clair quasi cinématographique. L’écriture est magnifique, elle déborde d’humanité. L’auteur sait donner de la vie à ses personnages et les rendre attachants. Un roman bouleversant.

Titre original : Heading Out to Wonderful

Membre : France

Cette suggestion est proposée par un lecteur du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal.

Goolrick, Robert. Arrive un vagabond, Éditions Anne Carrière, 2012, 320 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*