11 août 2016

Album Anne Hébert

Chassé, Bernard et Nathalie Watteyne

Album Anne Hebert

Un livre à parcourir délicatement, tout comme si nous avions accès à l’album intime de la famille d’Anne Hébert. Plus particulièrement en lien avec son frère Pierre, à qui sont adressées la majorité des quelque quatre-vingts lettres et extraits de lettres que l’on retrouve dans l’Album, lettres s’échelonnant sur plus de cinquante ans. Des lettres pour dire la vie à Paris, ou à Menton où Anne Hébert passait ses étés. Des lettres pour dire les heures d’écriture, pour dire combien, pendant des jours et des semaines, elle vivait avec les personnages des livres qu’elle avait sur le métier.
L’Album Anne Hébert compte également près d’une centaine d’illustrations, dont de nombreuses photos allant de son enfance à Sainte-Catherine-de-Fossambault et à Québec, jusqu’aux années de ses quatre-vingts ans alors qu’elle était de retour au Canada.
Illustrations où l’on retrouve aussi reproduites les jaquettes de ses livres – Les Songes en équilibre, Le Torrent, Le Tombeau des Rois, Kamouraska –, ainsi que les nombreux livres, peut-être étonnement moins connus, qu’elle a écrits ensuite dans la décennie 1990.
Un livre intime en même temps que respectueux du caractère éminemment réservé de la personnalité d’Anne Hébert, pour qui c’était une grande souffrance que de devoir se prêter à des entrevues lors de la parution de ses livres. Elle qui, par ailleurs, même à l’âge de quarante ans, signait ses lettres à sa mère d’un ‘’de ta petite Anne’’. Elle dont on apprend aussi dans le livre, qu’en sa jeunesse, elle avait connu cinq longues années de maladie. Elle qui, en 1964, disait avoir trouvé à Paris un certain accord en profondeur qu’elle ne retrouvait pas au Canada. Qu’à Paris elle pouvait y faire des rencontres passionnantes, des amitiés, alors qu’elle estimait que rien de semblable ne pourrait plus lui arriver au Canada – et d’ajouter – surtout pas l’amour !

Membre : Jean-Marc

Chassé, Bernard et Nathalie Watteyne. Album Anne Hébert, Éditions Fides, 2016, 149 pages.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Pour laisser un commentaire

*