31 août 2012

Adieu ma concubine

Kaige, Chen

Meilleur film étranger sorti en 1993. Également honoré au Festival de Cannes et aux Golden Globes.
J’avais vu ce film à sa sortie. Je viens de le revoir. J’aimerais communiquer sa beauté, la justesse et l’intelligence des interprétations, la somptuosité des décors, la délicatesse des sentiments exprimés et que dire de l’opéra chinois ! Pourtant l’opéra n’est pas exactement ma tasse de thé. Qui plus est, en mandarin… sous-titré anglais pour moi. Une sonorité à laquelle il faut s’habituer, mais quelle musique. Il faut savoir se laisser bercer par cette musique et ce langage hermétique.
Sans trop dévoiler ce qui se joue dans ce film, on nous présente un triangle amoureux ambigu. Très. Sans l’opéra constamment en toile de fond, le tout aurait pu s’avérer banal. Ce n’est pas le cas. Également, un aspect politique très présent. Je ne m’y connais pas en politique. J’ai cependant pu comprendre les bouleversements d’un changement de régime politique, le Japon envahissant la Chine, etc. Qui s’y connaît mieux que moi appréciera davantage.
À voir.



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Membre : Île-des-Soeurs

Kaige, Chen. Adieu ma concubine, film chinois, 1992, 1993.

Catégorie : Films/Séries

Consulter la disponibilité de ce document dans nos bibliothèques.

Pour laisser un commentaire

*