14 mai 2010

Aaron

Thériault, Yves

Aaron

Voulant viser juste avec Yves Thériault, auteur que j’ai découvert dans mes lectures obligatoires au collège classique (Agaguk évidemment) et que je n’ai pas particulièrement aimé, car les romans de grand air ne sont pas ma tasse de thé, j’ai choisi de lire Aaron (première édition en 1954).
Sans vouloir décourager quiconque de lire Thériault, je ne peux pas dire que Aaron m’ait fait changer d’idée sur cet auteur qui ne me touche pas vraiment, ni en plein air ni en ville. Ce sont des choses qui arrivent.


7 mai 2010

Coup de cœur pour ce roman dont la première édition date de 1954.
J’avais acheté et lu ce livre il y a 39 ans !… et je l’avais conservé. À mesure que je tournais une page lue, elle se détachait du livre tellement la reliure était séchée !
C’est un très bon roman, sans mots inutiles, sur le fossé des générations entre un grand-père juif orthodoxe et son petit-fils, Aaron. Le grand-père voulant à tout prix continuer la tradition, le petit-fils partagé entre l’éducation reçue du grand-père et son désir d’en sortir. Déchirant ! Se lit en quelques heures !



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Membre : Montréal

Thériault, Yves. Aaron, Éditions Le Dernier havre, 1954, 2003, 490 pages.

Catégorie : Romans : étapes de la vie, Romans : québécois, Romans : relations familiales

Consulter la disponibilité de ce document dans nos bibliothèques.

Pour laisser un commentaire

*