22 fév 2013

« Oh… »

Djian, Philippe

Deux cent trente-sept pages d’une écriture, au millimètre près, du monologue intérieur d’une écorchée de la vie, Michèle, qui tente d’établir un modus vivendi avec les hommes et les femmes de sa vie, et surtout, avec elle-même. Une écriture nerveuse qui enchaîne, sans ménager les transitions, faits et images du présent et du passé, d’un passé qui fait sans cesse irruption dans le présent, d’un présent chaotique et multiple, à la fois menaçant et attachant, désespérant et vivifiant. Elle paraît avoir le cœur dur, mais au fond, elle est pleine de tendresse, elle se montre intransigeante, mais se laisse aller sans trop d’états d’âme à quelques lâchetés, elle fait preuve d’une force de caractère qui n’est pas sans failles, loin de là. Elle fraye son chemin en tentant de cerner ses points aveugles sans pouvoir les éclairer ni vraiment les comprendre. Si, comme le dit Inès dans État Limite (Éditions Gallimard, 2003) de Pierre Assouline, « C’est terrible, on passe des années auprès de quelqu’un, avec lui, et puis un jour on s’aperçoit qu’on ne sait même pas qui il est » (p. 154), Michèle a le même genre de réflexion sur elle-même : « C’est un autre moi qui se manifeste, à mon corps défendant. C’est un moi qu’attirent les eaux troubles, le mouvement, les terres inconnues. Je ne sais pas. Je ne peux pas ouvrir mon crâne pour regarder à l’intérieur. » (p. 192). Emportée dans une spirale sadomasochiste, elle en est dégagée, du moins physiquement, sous l’effet d’une intervention inattendue.
Côté forme, un léger bémol : l’usage excessif du tiret qui, s’il permet de préciser la pensée, enlève de la fluidité à la phrase. Petit rappel : Djian est aussi l’auteur de 37, 2 le matin (1985).



Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Membre : Pointe-Claire

Djian, Philippe. « Oh… », Éditions Gallimard, 2012.

Catégorie : Romans : condition féminine

Consulter la disponibilité de ce document dans nos bibliothèques.

Pour laisser un commentaire

*