21/09

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Si avoir un roman de près de 500 pages entre les mains ne vous fait pas peur… Si un livre qui comporte plusieurs intrigues vous plaît… Si le milieu de l’art, particulièrement celui de la peinture vous parle… alors Les Filles au lion (Gallimard, 2016, 2017) de Jessie Burton est pour vous, comme il l’a été pour moi.

Impossible de résumer ce bouquin. Je ne vous donne que deux endroits et deux dates qui, en alternance, nous font découvrir les protagonistes et les enjeux de cette histoire qui en cache une, puis une autre et une autre…

Londres, 1967. Nous suivons la narratrice Odelle Bastien, dite Delly, mi-vingtaine, mulâtre, fille unique et orpheline de père. Née à Port of Spain à Trinidad où elle a obtenu un diplôme de littérature anglaise, Delly est installée à Londres depuis cinq ans. Elle travaille dans un magasin de chaussures avec son amie d’enfance, Cynthia Morley, qui l’a suivie des Caraïbes en Angleterre. Si Cynthia aime son travail, Odelle a d’autres ambitions : devenir écrivaine.

C’est finalement en juillet 1967 qu’elle obtient un poste de dactylo au Skelton Institute, une galerie d’art située Skelton Square et dirigée depuis 1947 par Edmund Reede, secondé par l’énigmatique Marjorie Quick. À partir de là, la vie de Delly va prendre un tournant inattendu, surtout le jour où un jeune homme, Lawrie Scott, se pointe à la galerie avec Rufina et le lion, un tableau peint possiblement en 1936, hérité de sa mère qui vient de mourir.

Malaga, 1936, à la veille de la guerre civile. Harold Schloss, sa femme Sarah et leur fille de 19 ans Olive ont loué, dans le sud de l’Espagne, une maison pour l’été. Sont à leur service Teresa, 16 ans, et son frère Isaac Robles, professeur de lithographie qui a toujours vécu à Arazuelo, petit village d’Andalousie.

Harold, Juif viennois marchand d’art, détient une galerie d’art à Paris. Durant son séjour à Malaga, il découvre un artiste dont il veut vendre les toiles.

Qu’est-ce qui réunit Malaga 1936 et Londres 1967 ? Même si le lecteur en connaît un peu plus que les personnages eux-mêmes sur les cachoteries des uns et des autres, sur le pourquoi et le comment de certaines situations, il n’en reste pas moins que l’on découvre de manière parcimonieuse et avec intérêt les aboutissants de cette quête bien menée.


Le lundi 25 septembre, à Radio VM (91,3 FM), de 17h45 à 18h, dans le cadre de Culture à la carte, je m’entretiendrai avec la comédienne Marie-Andrée Lemieux, qui nous parlera de la comédie musicale Demain matin, Montréal m’attend de Michel Tremblay, présentée au Théâtre du Nouveau Monde jusqu’au 22 octobre 2017.

Lundi dernier, je recevais la metteure en scène Luce Pelletier, venue nous parler de la pièce Les Enfants d’Adam d’Audur Ava Ólafsdóttir, présentée au Studio Hydro-Québec du Monument-National jusqu’au 8 octobre 2017.



Les Irrésistibles de Marie-Anne ont maintenant leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,

Marie-Anne


Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Constat d'accident et autres textes

Auster, Paul

Constat d'accident Auster

Écoutez le coup de cœur d’un membre du Club des Irrésistibles lu par Marie-Anne Poggi.

Irrésistibles 20170921

Auster, Paul. Constat d'accident et autres textes, Éditions Actes Sud, Leméac, 1999, 2003, 107 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Désorientale

Djavadi, Négar

Desorientale

Avant de voir Négar Djavadi à l’émission française La Grande Librairie, j’avais été intriguée et attirée par le titre de son premier roman, Désorientale. « Dé », préfixe qui donne le sens contraire d’un mot, ce qui veut dire, ne plus être orientale.

Cette saga raconte avec brio l’histoire d’une famille iranienne d’intellectuels s’opposant au Shah puis à Khomeiny. Kimi Sadr, l’héroïne fuit son pays avec sa famille pour s’installer à Paris où elle va essayer de se « désorientaliser », sans toutefois pouvoir s’adapter complètement à son nouveau pays, qu’elle rejettera dans un premier temps. Puis, elle ira vivre en Belgique, ensuite en Hollande, traversera un longue période de désarroi avant de trouver son identité. Récit captivant et foisonnant entre l’Orient et l’Occident, récit politique, récit sur l’identité et l’exil. Sans jamais se perdre en voyageant entre l’Iran et la France, le passé et le présent, le lecteur partagera avec émotion, tendresse et humour, la vie, le combat politique et l’exil de cette famille très moderne, les Sadr. C’est un roman fort, qui relate un pan d’histoire de l’Iran, pays qui a basculé en peu de temps des harems à la modernité pour finalement tomber dans l’obscurantisme des mollahs. Une lecture passionnante et si bien écrite que le livre a reçu le prix du style 2016. Membre : Paris Djavadi, Négar. Désorientale, Éditions Liana Levi, 2016, 349 pages.

Et tu trouveras le trésor qui dort en toi

Gounelle, Laurent

Et tu trouveras le tresor en toi Alice, jeune ambitieuse, athée et spécialiste en communication, retrouve son ami Jérémie. Il est curé d’une paroisse. Peu de fidèles fréquentent son église. Alice lui vient en aide. Elle l’invite à découvrir l’univers spirituel à travers différentes religions existantes et à trouver la clé essentielle à l’épanouissement de l’homme contemporain. Un livre qui invite à une réflexion ! Bonne lecture… Abonnée : Germaine-Guèvremont Gounelle, Laurent. Et tu trouveras le trésor qui dort en toi, Éditions Kero, 2016, 327 pages.

Le Journal du Off. Dans les coulisses d'une campagne présidentielle folle

Gerschel, Frédéric et Renaud Saint-Cricq

Le Journal du OFF BD Je me suis régalée avec cette BD. Comme une petite souris, j’ai suivi dans les coulisses ces folles semaines d’élection présidentielle. Les auteurs reconstruisent avec talent les temps forts de cette campagne qui s’affichaient sur les écrans et dans les journaux. Les anecdotes, qu’ils assurent être authentiques et vérifiées, décrivent aussi une réalité politique des plus mordantes et saignantes. De petites phrases qui en disent long sur la quête du pouvoir, les « petits crimes entre amis », « les retournements de veste ». Absolument génial ! Membre : France Cette suggestion est proposée par un lecteur du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal. Gerschel, Frédéric et Renaud Saint-Cricq. Le Journal du Off. Dans les coulisses d'une campagne présidentielle folle, Éditions Glénat, 2017, 128 pages.

Mille femmes blanches : les carnets de May Dodd

Fergus, Jim

Mille femmes blanches Pocket

Lors de mon dernier passage à Paris, mon libraire avait mis l’accent sur un écrivain américain que je ne connaissais pas, Jim Fergus. Je me suis laissé tenter et ne l’ai pas regretté.

Deux livres. Le premier, Marie Blanche, sur l’histoire de sa famille, car il a une grand-mère de la noblesse française, arrivant à Chicago après être passée par l’Égypte, à la suite de bien des aventures.

Mais le second livre, Mille femmes blanches, est encore plus intéressant d’une certaine façon, car il raconte l’accord de 1874 du général Grant avec un chef indien Little Wolf : troquer 1000 femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l’intégration du peuple indien. Vous savez comment cet accord s’est terminé ?

J’aime le style enlevé de Jim Fergus, l’originalité de ses thèmes et sa façon de les raconter. À lire et à recommander !

Titre original : One Thousand White Women : The Journals of May Dodd Membre : Belgrade Fergus, Jim. Mille femmes blanches : les carnets de May Dodd, Éditions Le Cherche midi, 1997, 2000, 392 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Mourir, mais pas trop

Gruda, Agnès

Mourir, mais pas trop Gruda Agnès Gruda récidive avec un nouveau recueil de nouvelles, après Onze petites trahisons, publié en 2010. Une écriture limpide, de sorte que, bien que d'un intérêt inégal, toutes les nouvelles sont très agréables à lire. Beaucoup ont un « punch ». Plusieurs racontent des événements hors de l'ordinaire qui arrivent dans la vie quotidienne de gens « ordinaires » et qui changent (ou non) le cours de cette vie : être témoin d'un attentat ; apprendre en rédigeant son testament que l'homme avec qui on vit n'est pas ce qu'il prétend être ; apprendre qu'on est né d'une éprouvette ; apprendre qu'on est peut-être porteur d'un gène mortel, etc. Membre : Outremont Gruda, Agnès. Mourir, mais pas trop, Éditions du Boréal, 2016, 259 pages.

Tous les deux

Sparks, Nicholas

Tous les deux Sparks Se reconstruire après un échec… pour un homme ! À 32 ans, Russell Green a une carrière remarquable dans le domaine de la publicité. Sa vie de famille est au beau fixe. Vivian, sa femme, et sa fille le comblent de joies et l’argent coule à flots. Un jour, Vivian décide de prendre sa vie en main. Elle quitte le foyer pour un travail à l’extérieur. Russell doit donc s’occuper de sa fille et des nombreuses tâches domestiques. L’auteur a voulu s’intéresser à l’inversion des rôles traditionnels dans un couple. C’est un roman bien écrit et intéressant. À lire ! Titre original : Two by Two Abonnée : Germaine-Guèvremont Sparks, Nicholas. Tous les deux, Éditions Michel Lafon, 2016, 2017, 540 pages.

Trente ans et des poussières

McInerney, Jay

Trente ans et des poussières

Une belle découverte que cet auteur (merci Marie-Anne). Un style décapant. Dans Babelio, on dit de son oeuvre qu'elle est « mordante et satirique [...] si les questions existentielles passent au second plan, [McInerney] brosse un portrait vitriolé du monde actuel, artificiel et sans âme, un constat qu’il dresse également dans [la plupart de] ses romans. »

De Trente ans et des poussières, on peut y lire : « C'était à Manhattan, dans les années 80. Corrine était courtière en Bourse ; Russell éditeur. Ils avaient trente ans et des poussières. Leurs amis les trouvaient beaux et spirituels. Mais... Mais Corrine a voulu des enfants et Russell n'était pas prêt. Jeff s'est remis à prendre de la dope, Trina Cox est arrivée, et soudain, tout s'est mis à déraper. Ce n'est pas grave, ont-ils pensé. Juste une petite erreur de script. Ils n'avaient oublié qu'une seule chose : dans la vie, on ne tourne pas une deuxième fois les scènes ratées. »

C'est mon premier roman de cet auteur, mais mon p'tit doigt me chuchote que ce ne sera pas le dernier.

Titre original : Brightness Falls Membre : Saint-Jean-sur-Richelieu McInerney, Jay. Trente ans et des poussières, Éditions de l’Olivier, 1992, 1993, 554 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Un appartement à Paris

Musso, Guillaume

SG_CORRECTION 4 -UN APPARTEMENT.indd

Musso est remarquable dans son dernier roman. C’est avant tout un thriller où l’art, la lumière et la beauté côtoient le coté plus sombre de l’être humain.

Deux individus, Madeleine et Gaspard, de milieux tout à fait opposés, vont affronter leurs démons personnels dans une enquête importante. Cette expérience va changer leur vie. Bonne lecture !

Abonnée : Germaine-Guèvremont Musso, Guillaume. Un appartement à Paris, Éditions XO, 2017, 472 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Une soeur

Vivès, Bastien

Une soeur BD

Durant l'été, Antoine, 13 ans, passe ses vacances avec les siens dans la maison familiale. Ils accueillent quelque temps Hélène, 16 ans, et sa maman qui vient de faire une fausse couche.

Hélène va mettre de la couleur dans la vie d'Antoine et des émotions aussi. Ainsi, petit à petit, il va s'éveiller aux premiers émois amoureux et Hélène va lui faire découvrir tout un nouveau monde fait de baisers, de premières expériences et d'émancipation.

Un récit que j'ai trouvé très bien mené. Tout en langueur estivale, avec des parents qui surveillent les enfants du coin de l'oeil tout en les laissant vivre leur vie durant les vacances. Bastien Vivès retranscrit avec justesse les sentiments, l'émotion. Ça fleure bon les embruns et l'odeur du barbecue. Sans oublier la chasse aux crabes, le cri des mouettes, les bains de soleil et le bal du samedi soir. Membre : France Cette suggestion est proposée par un lecteur du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal. Vivès, Bastien. Une sœur, Éditions Casterman, 2017, 216 pages.

Wilt 1 ou Comment se sortir d'une poupée gonflable et de beaucoup d'autres ennuis

Sharpe, Tom

Wilt 1 Voici Wilt. Wilt est anglais, professeur, et marié à une femme un peu trop encombrante à son goût. Un jour, en regardant un terrain de construction situé à côté de son lieu de travail, il décide d’acheter une poupée gonflable, de la jeter dans le trou dudit terrain pour voir s’il pouvait ainsi se débarrasser de sa femme. Mais sa mission s’achèvera avec une poupée coincée dans le trou. Ayant été surpris dans son geste par quelqu’un qui passait par là, Wilt prend la fuite. Pendant ce temps, sa chère et tendre femme, partie en croisière avec un vieux couple étrange se retrouve bloquée sur le bateau et personne ne sait où elle est. Tout dérape. Voici Wilt soudainement accusé du meurtre de sa femme. Personne ne le croit quand il explique qu’il s’agit d’une poupée gonflable et encore moins l’inspecteur, bien décidé à emprisonner ce dangereux personnage. Toute cette histoire est enrobée d’un humour ravageur typiquement anglais et, pourrait-on même dire, d’un humour Sharpe. Titre original : Wilt Membre : France Cette suggestion est proposée par un lecteur du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal. Sharpe, Tom. Wilt 1 ou Comment se sortir d'une poupée gonflable et de beaucoup d'autres ennuis encore, Éditions 10/18, 1976, 1982, 288 pages.
pas touche!!!