13/09

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Amélie Nothomb signe, avec Les Prénoms épicènes (Albin Michel, 2018), son 27e roman. Que serait une rentrée littéraire sans un livre de cette prolifique auteure belge ? Je me le demande.

Lire Nothomb, c’est comme manger un plat que l’on aime et dont les saveurs nous sont familières. Nous sommes en terrain connu.

Brest, 1970. Dominique Rosec, fille unique, célibataire de 25 ans, travaille depuis cinq ans comme secrétaire chez Terrage, une société d’import-export. Ce samedi 12 septembre, à la terrasse d’un café, un inconnu la regarde intensément puis l’apostrophe. Sans la connaître, il s’assoit à ses côtés et lui propose de boire une bouteille de Deutz. Elle accepte. (Avec Nothomb, le champagne n’est jamais loin).

Coïncidence : Claude Guillaume, car tel est son nom, travaille aussi pour Terrage. Orphelin, du même âge que Dominique, il lui annonce qu’il désire créer une filiale parisienne. Quelques jours plus tard, il lui propose de le suivre dans la capitale et, tant qu’à faire, il la demande en mariage.

Paris, rue Étienne-Marcel. Dominique, qui a démissionné de son poste pour suivre son mari, est très heureuse dans son nouvel appartement et aime sa vie de quartier. Claude, lui, a des objectifs plus élitistes : vivre sur la rive gauche.

Claude est de moins en moins présent et de plus en plus détestable avec sa femme… sauf en ce début d’année 74, quand Dominique lui annonce qu’elle est enfin enceinte. Il attend ce moment depuis quatre ans. Il se fiche que ce soit une fille ou un garçon, l’important c’est qu’elle mette au monde un enfant.

« Nous avons un point commun, toi et moi. Nos prénoms ne spécifient pas de quel sexe nous sommes. […] Nous portons des prénoms épicènes. […] Ben Jonson, un célèbre contemporain de Shakespeare, a donné ce titre à l’une de ses pièces. Il en fait le nom de la femme parfaite. » D’où l’idée, à la naissance de leur fille le 9 septembre 1974, de la prénommer Épicène.

Claude est aimable avec Dominique dès qu’il obtient ce qu’il veut. Ensuite, il la relaie aux oubliettes, comme si elle n’existait pas. Autant Dominique est proche de sa fille avec qui elle s’entend à merveille, autant son père l’ignore complètement. Bizarre !

Nous ne sommes qu’au début du récit où une partie d’échecs va se jouer sous nos yeux. Et vous savez comme moi que tant que le jeu n’est pas terminé, on ne peut proclamer « échec et mat ». Mais qui est le « Fou » dans cette histoire ? Que vient faire la « Reine » au tout début du récit ? Plusieurs « Pions », dont je ne glisse mot pour ne pas gâcher votre plaisir, serviront à assouvir une revanche machiavélique.

Qu’adviendra-t-il de ce couple mal assorti ? Que cachent les agissements empressés de Claude ? Jusqu’où peut nous mener notre instinct de vengeance ? Beaucoup de mensonges, de haine, d’abus traversent ce roman, mais toujours avec une pointe d’humour et un sens de la répartie, signature de Nothomb.

L’auteure nous apprend qu’« il y a un poisson des abysses qui s’appelle le cœlacanthe : quand il n’a plus les moyens de vivre, il programme sa mort. Il se met en mode comateux jusqu’à ce que les conditions de sa vie se rétablissent. » Si nous le pouvions, nous devrions suivre l’exemple de ce poisson… cela éviterait bien des drames.

Si vous aimez vous faire raconter une histoire, ce roman est pour vous. À lire une coupe de champagne à la main, bien évidemment.


Le lundi 17 septembre, à Radio VM (91,3 FM), de 17 h 45 à 18 h, dans le cadre de Culture à la carte, je m’entretiendrai avec Sylvain Bélanger, directeur artistique et codirecteur général du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, qui nous parlera des 50 ans de cette institution montréalaise.

Lundi dernier, je recevais la metteure en scène Édith Patenaude, venue nous parler de la pièce Oslo de J.T. Rogers, présentée chez Duceppe jusqu’au 13 octobre 2018.



Les Irrésistibles de Marie-Anne ont aussi leur page Facebook. Venez voir !

https://www.facebook.com/LesIrresistiblesDeMarieAnne

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,

Marie-Anne


Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

La Revenue

Di Pietrantonio, Donatella

La Revenue

On ne connaîtra pas son nom sauf son qualificatif de « Revenue » ou alors « toi » ! Elle a treize ans, fréquente la meilleure école, les cours de danse qu'elle adore, le « beach club », bref, elle est une ado choyée par ses parents aimants jusqu'au jour où elle apprend que, justement, ils ne sont pas ses parents biologiques et qu'elle doit réintégrer sa famille originelle qui est tout le contraire de ce qu'elle a connu.

Sa vraie mère est une femme hargneuse et amère, son père travaille et boit. Elle éprouve des sentiments nouveaux pour son frère aîné Vincenzo ; sa soeur Adriana, écorchée, deviendra sa complice.

C'est un roman d'une grande sensibilité, merveilleusement écrit. Un gros coup de coeur.

Titre original : L'Arminuta Membre : Bromont Di Pietrantonio, Donatella. La Revenue, Éditions du Seuil, 2017, 2018, 237 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Le bonheur est passé par ici

Ruel, Francine

Le bonheur est passe par ici

Voilà une suite intéressante à Bonheur, es-tu là ? (2011). Les mêmes personnages (15 ans plus tard) sont en place, la famille italienne et la famille québécoise. On célèbre les 70 ans d’Olivia…

Francine Ruel touche plusieurs sujets importants dans ce livre : le cancer, la chimio, les aidants naturels, le tout écrit d’une manière remplie de tendresse et d’humanité. La narratrice, Olivia, cite une phrase de Bernard Pivot avec l’humour qu’on lui connaît : « Vieillir, c’est chiant parce qu’on ne sait pas quand ça a commencé et l’on sait encore moins quand ça finira… » L’auteure possède un grand talent et une plume remarquable. À lire ! Abonnée : Germaine-Guèvremont Ruel, Francine. Le bonheur est passé par ici, Éditions Libre Expression, 2018, 280 pages.

Les 1001 livres qu'il faut avoir lus dans sa vie

Boxall, Peter (sous la direction de)

Les 1001 livres qu'il faut avoir lu...

J'avais suggéré, il y a quelque temps, 501 écrivains (Trécarré, 2011) réalisé sous la direction de Julian Patrick. Cette fois-ci, je vous propose une brique conçue dans le même esprit, sauf qu'on y traite de mille titres de livres d'auteurs qui n'apparaissent pas nécessairement dans 501 écrivains.

Il y a bien sûr Le Rouge et le Noir de Stendhal, À la recherche du temps perdu de Proust ou Stupeur et tremblements de Nothomb, mais également (et c'est là que ça devient intéressant) des titres beaucoup moins connus comme Les Carnets du sous-sol de Dostoïevski, Emmeline de Bowen ou encore Lumière pâle sur les collines d’Ishiguro.

Un livre très utile quand on veut se rafraîchir la mémoire ou changer nos habitudes de lecture. Et, en ce mois de rentrée littéraire, combien des quelque 400 nouveaux titres pour 2018-2019, en France seulement, entreront dans la prochaine édition des 1001 livres qu'il faut avoir lus dans sa vie ?

Préface de Jean d'Ormesson. Avant-propos de Peter Ackroyd, sous la direction de Peter Boxall. Titre original : 1001 Books You Must Read Before You Die Membre : Saint-Jean-sur-Richelieu Boxall, Peter (sous la direction de). Les 1001 livres qu'il faut avoir lus dans sa vie, Éditions Trécarré, 2007, 960 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Les Rêveurs

Carré, Isabelle

Les Reveurs Carre

Je ferme le livre de l'actrice Isabelle Carré et j'ai l'impression de mieux la connaître. Elle nous raconte sa vie selon ses souvenirs, mais surtout elle nous raconte ses parents qui sont hors-norme.

Sa mère ne semble pas toujours là, et surtout pas assez là pour les jeunes qu'elle a sous sa responsabilité. Isabelle recherchera sa présence, son attention, de façon dramatique. Son père, lui aussi, assez excentrique et homosexuel qui finira par s'assumer, laissera la famille éclatée. Isabelle et ses deux frères s'épanouiront difficilement dans ce contexte. Cette famille a ce côté rêveur et imaginatif qui définiront l'actrice qu'elle est devenue également. Touchant regard sur sa famille et sur ses souvenirs. Membre : Laval-Vimont Carré, Isabelle. Les Rêveurs, Éditions Grasset, 2018, 304 pages.

Loup et les hommes

Pirotte, Emmanuelle

Loup et les hommes

C’est un voyage aux confins des terres iroquoises, une quête de soi et de l'Homme.

« Hiver 1663. Armand, marquis de Canilhac, est prêt à tout pour retrouver » son frère Loup, « Loup, trahi par Armand vingt ans plus tôt, condamné aux galères, et que tout le monde croit mort. « Hanté par son passé, le marquis embarque avec son fidèle Valère pour la Nouvelle-France. Le vent gonfle les voiles, et les images du Gévaudan natal ressurgissent : Loup, enfant trouvé, adopté... Loup, trop beau, trop brave, trop vivant. Entre la France et l'Iroquoisie barbare se tisse le destin d'un homme hors du commun, dont le portrait se précise lentement, et dont l'ombre plane, de plus en plus palpable, sur ceux qui le cherchent. Et si Loup avait trouvé un destin à sa mesure au pays des sauvages ? » Enquête à l'échelle d'un continent, grande histoire d'amour fraternel, peinture d'un Nouveau Monde en ébullition, Loup et les hommes nous emporte sur les traces d'Alexandre Dumas et de Jack London. Emmanuelle Pirotte convoque les classiques du roman d'aventures pour plonger au fond des âmes et fait surgir, au milieu des paysages grandioses, sa vision des hommes. Bonne lecture, ce roman me semble très bien documenté. Membre : Gwénaëlle, Versailles Pirotte, Emmanuelle. Loup et les hommes, Éditions Cherche midi, 2018, 608 pages.

Mon frère

Pennac, Daniel

Mon frere Pennac Ce petit livre entremêle avec habilité et tendresse deux histoires. La première est extraite d’une nouvelle de l’écrivain américain Herman Melville (1819-1891), Bartleby le scribe (titre original Bartleby the Scrivener), dont Pennac a fait souvent la lecture en public. La seconde histoire est celle de son frère, disparu prématurément en 2007. Bernard, son aîné de cinq ans, a eu une grande influence dans la vie de Daniel Pennac, même s’il reconnaît qu’au fond il le connaissait peu. Comme il le dit lui-même : « [Bernard] me manque [...], mais je ne sais pas [qui] j’ai perdu. » Une lecture d’une grande humanité, avec une pointe de suspense qui tire son origine dans le texte de Melville. Membre : Pierre, abonné de Guèvremont Pennac, Daniel. Mon frère, Éditions Gallimard, 2018, 129 pages. Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Ne me touche pas

Camilleri, Andrea

Ne me touche pas Camilleri Ce titre fait référence à une peinture de Fra Angelico intitulée Noli me tangere représentant Marie-Madeleine rencontrant le Christ ressuscité. La position des mains de Jésus et de Marie-Madeleine suggère qu'elle tente de le toucher et qu'il l'en empêche en lui disant : « Ne me touche pas », paroles interprétées par certains exégètes comme voulant dire : « Je ne peux plus te donner mes mains qui t'ont tant aimée. » À partir de cette anecdote, Camilleri réussit encore une fois le tour de force de nous raconter une histoire d'amour originale, très italienne, très sicilienne qui nous envoûte et nous déroute du début à la fin. Et laissez-moi vous dire qu'il n'y a pas de longueurs : tout se déroule entre le 5 juin et le 5 juillet 2010... moins de 150 pages de dialogues, d'articles de journaux, de lettres échangées entre les personnages. Une enquête policière (!) vite faite et bien faite. Du bonbon… acidulé. Titre original : Noli me tangere Membre : Saint-Jean-sur-Richelieu Camilleri, Andrea. Ne me touche pas, Éditions Métailié, 2016, 2018, 144 pages.

Parler vrai

Massé, Manon

Parler vrai Manon Masse

Période électorale oblige. Bonne occasion de voir ce que les aspirants chefs ont dans le ventre. Chose certaine, Manon Massé a du cœur au ventre et plein la tête. Elle a consacré toute sa vie à la cause des femmes et des plus démunis. Chapeau !

Stimulante lecture. Belle vision du politique, de l’engagement et du leadership (inversé – du bas vers le haut). Ça nous change des arrivistes qui se pointent le nez aux quatre ans pour « sauver » le monde, leur portefeuille et leur carrière.

Membre : J. de Rosemont Massé, Manon. Parler vrai, Éditions Écosociété, 2018, 172 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Romanesque

Benacquista, Tonino

Romanesque

Livre déconcertant s'il en est. Il s'agit de deux histoires s'imbriquant l'une dans l'autre, l'une se passant au Moyen Âge, l'autre au XXIe siècle.

La première pourrait rappeler celle de Tristan et Iseut : deux amants, un braconnier et une cueilleuse de baies, éperdument amoureux, vivent leur amour en dehors des lois. Les habitants du village s'inquiètent et les espionnent craignant que cette vie dans le péché ne retombe sur eux. Pour les faire taire, les amoureux décident de se marier, indifférents au monde qui les entoure. La jalousie distille son poison dans la population. Le roi, Louis le vertueux, s'en mêle avec l'espoir d'être guéri par ce couple. Ils sont donc condamnés à être décapités et se retrouvent au Paradis qui finit par les renvoyer sur Terre dans des régions tout à fait opposées… mais les amoureux n'auront de cesse de se retrouver. Partout où ils arrivent, ils émerveillent par leur foi en leurs retrouvailles. Sur cette histoire particulièrement romanesque se greffe une autre, contemporaine, d'un couple français voulant être le prolongement de l'amour du braconnier et de la cueilleuse. La lectrice que je suis s'est alors complètement perdue, ne comprenant pas la logique du récit qui est censé montrer comment naissent et se propagent les légendes. La réalité est bien souvent éloignée du romanesque. Membre : Outremont Benacquista, Tonino. Romanesque, Éditions Gallimard, 2016, 230 pages.

Songs of Praise

Shame

Songs of Praise CD

Premier album plus que réussi pour ce jeune groupe de Brixton, qui nous propose dix titres accrocheurs et explosifs, entre post-punk et rock alternatif.

À l’image du premier morceau, Dust on Trial, avec ces guitares qui s’imposent très vite et le chant superbement maîtrisé de Charlie Steen, entre parlé, murmuré et hurlé… Les titres marquent par leur efficacité et leur énergie comme les excellents Concrete et Tasteless. Sur The Lick et Angie, le dernier très beau titre de sept minutes, le ton change, les morceaux sont moins « nerveux » mais toujours aussi géniaux. Un sans-faute pour cet album de rock anglais, à découvrir absolument ! Membre : France Cette suggestion est proposée par un lecteur du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal. Shame. Songs of Praise, CD, 2018.

Tension extrême

Forge, Sylvain

Tension extreme

Deux hommes d’affaires jumeaux sont morts le même jour à la même heure. En cause, leur pacemaker. Cela ne peut pas être une coïncidence. D’autant que les jumeaux géraient une entreprise florissante de haute technologie.

L’enquête est confiée à la PJ de Nantes. Plus ils avancent dans leur recherche, plus ils sont la cible de cyberattaques. Ils sont espionnés, menacés. Roman à l’intrigue haletante et angoissante. Très bon polar. Membre : France Cette suggestion est proposée par un lecteur du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal. Forge, Sylvain. Tension extrême, Éditions Fayard, 2017, 408 pages.

Vers la beauté

Foenkinos, David

Vers la beauté plus petit caractere

Quel bel opus de cet écrivain que j'ai découvert avec le roman bouleversant Charlotte (2014). En cette ère de #metoo, il me semble important de lire ce livre qui rend bien ce qui est vécu de l'intérieur par une victime. Captivant, sensible, au début on ne sait pas où nous emmène l'auteur.

Un professeur à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon décide, sans raison, de quitter son métier et de devenir gardien de salle au musée d'Orsay. Il ne se mêle à personne, coupe ses liens avec tous, seule sa sœur se doute qu'il a un problème, mais lequel ? Touchant, un coup de cœur.

Membre : Laval-Vimont Foenkinos, David. Vers la beauté, Éditions Gallimard, 2018, 222 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

pas touche!!!