23/10

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Les Irrésistibles et ESPACE GO s’associent dans le cadre du spectacle LUMIÈRES, LUMIÈRES, LUMIÈRES d’Evelyne de la Chenelière (à partir du roman Vers le phare de Virginia Woolf) avec Anne-Marie Cadieux et Évelyne Rompré.
Les membres du Club des Irrésistibles bénéficient d’un tarif avantageux de 22$ pour la représentation du jeudi 13 novembre 2014 à 20h.
Réservation auprès de Véronique Rapatel : veroniquerapatel@espacego.com ou au 514 845-5455 poste 216.
Le soir du 13 novembre, à 18h30, Denis Marleau, metteur en scène de la pièce, et Stéphanie Jasmin, collaboratrice artistique, proposent une conférence gratuite à laquelle nous sommes les bienvenus !
Vous n’êtes pas disponible le jeudi 13 novembre ? Vous pouvez tout de même bénéficier d’un tarif privilégié (28$ alors que le tarif régulier est de 35$) pour les représentations en soirée de LUMIÈRES, LUMIÈRES, LUMIÈRES du 11 novembre au 6 décembre 2014.
Réservation auprès de la billetterie du théâtre (514 845-4890) en mentionnant que vous êtes membre des Irrésistibles.

Le samedi 25 octobre, à Radio VM (91,3 FM), dans le cadre de l’émission Entracte, je reçois Anne Grace, conservatrice de l’art moderne au MBAM et commissaire de l’exposition De Van Gogh à Kandinsky : l’expressionnisme en Allemagne et en France, 1900-1914, présentée au Musée des beaux-arts de Montréal jusqu’au 25 janvier 2015.

Première diffusion : le samedi de 12h30 à 13h, en reprise le jeudi suivant, de 17h à 17h30.

Je vous rappelle qu’il est aussi possible d’écouter Entracte en direct à partir du site web de Radio VM

Samedi dernier, je recevais la chargée de projet Élisabeth Monast Moreau venue nous parler de l’exposition Marco Polo - Le Fabuleux voyage, présentée au Musée Pointe-à-Callière jusqu’au 26 octobre 2014.

ENTRACTE M Poggi - 2014 10 17 Entrevue Élisabeth Monast Moreau

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,
Marie-Anne


Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Au Bonheur des Dames

Zola, Émile

Au Bonheur des Dames Si vous avez aimé Le Ventre de Paris (1873), vous allez vous régaler avec ce onzième roman de la série des Rougon-Macquart. Cette fois, Zola nous entraîne dans le monde des tissus, des bijoux, des fanfreluches... de toutes ces marchandises qui rendent les femmes esclaves de la mode. Au Bonheur des Dames, c'est un magasin à grande surface où l'on trouve de tout : du manteau le plus cher au petit bouquet de violettes que l'on épingle à son chemisier. C'est l'ancêtre du centre commercial que l'on connaît trop bien aujourd'hui, ce monstre qui tue, l'un après l'autre, tous les petits commerces d'un quartier. Il y en aurait long à dire sur ce roman puisqu'il y est question d'intrigues amoureuses, de vols à l'étalage, de publicité, du pouvoir de l'argent, de mesquinerie, de trahison... Mais je vous laisse le plaisir de découvrir et de savourer tout le génie de cet auteur prodigieux. Membre : Villeray Zola, Émile. Au Bonheur des Dames, Éditions Flammarion, 1883, 1999, 567 pages.

L'Annonce

Lafon, Marie-Hélène

L-Annonce Ce n'est pas pour rien que ce roman de Marie-Hélène Lafon a reçu le prix des libraires 2009. L'auteure nous offre une histoire d'amour miraculeuse entre deux êtres qui n'auraient pas dû se rencontrer si une petite annonce n'avait pas été passée. Paul est agriculteur dans le Cantal. Il vit avec ses deux oncles et sa soeur. Cette vie là, Paul ne l'a pas choisie. Il ne désire pas finir seul comme ses oncles. Il passe une petite annonce à laquelle une jeune femme répond. Cette jeune femme, c'est Annette qui souhaite plus que tout oublier un mari violent et alcoolique et surtout offrir une chance à son fils Éric de connaître un semblant de famille. Il s'agit là d'un roman très émouvant, l'écriture est belle et précise. Membre : France Cette suggestion est proposée par un lecteur, du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal. Lafon, Marie-Hélène. L'Annonce, Éditions Buchet-Chastel, 2009, 195 pages.

L'Égoïste

Beigbeder, Frédéric

L-Egoïste Si vous cherchez un bon p'tit livre facile à lire, mais pas con du tout, ce roman (?) est tout indiqué. C'est un livre écrit au « je », sous forme de journal intime, genre Pensées de Pascal, mais en plus olé olé. Quelques exemples : « J'ai pensé à Claire, mon ex, et à Pénélope, ma future. Les hommes sont toujours entre une ex et une future, car le présent ne les intéresse pas, ils préfèrent naviguer entre la nostalgie et l'espoir, entre la perte et le fantasme. Nous sommes toujours coincés entre deux absentes. » « Mardi. 11 septembre 2001. Les Twin Towers se sont écroulées. - Après-midi piscine. » Mais très franco-français. Si vous n'êtes pas au courant des commérages de la presse « people », alors, comme moi, vous allez rester un peu sur votre faim. À découvrir... Que ce soit en deux jours ou sur deux ans (une pensée à la fois). Membre : Villeray Beigbeder, Frédéric. L'Égoïste, Éditions Grasset, 2005, 399 pages.

L'Élégance du hérisson

Barbery, Muriel

L'Elegance du herisson Belle écriture, une recherche du mot précis et quelque fois amusant. Les personnages sont sympathiques. Important : il faut absolument lire la quatrième de couverture... elle vous mettra directement dans le bain, comme on dit. Une réserve : le synopsis de la présentation s’approche drôlement du Tambour (1961) de Günter Grass, probablement une simple coïncidence, mais agaçant quand même. Membre : Ste-Dorothée Barbery, Muriel. L'Élégance du hérisson, Éditions Gallimard, 2006, 359 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

L'Oeil du léopard

Mankell, Henning

L-Oeil du leopard Le roman relate l’histoire d’un jeune Suédois, Hans Olofson. Pur destin ou bien conséquence d’une enfance vécue sans affection maternelle… font en sorte que le jeune Hans se retrouve charrié dans des situations imprévisibles. Fuyant son père, Éric, il décide d’abandonner son cours de droit pour réaliser le rêve de son amie Janine. Le périple du jeune Hans a pris des tournures inattendues. Il se retrouve cloué en Afrique, en Zambie, pour plus de 20 ans. Le livre nous emmène à vivre la relation hostile entre l’homme blanc et l’homme noir dans cette période de temps. Une relation polarisée de haine, de mépris et de méfiance. Quoique la cohabitation entre les Noirs et Blancs se fasse sous certains stéréotypes, Hans a été l’exception. Sa vision prépondérante d’humanisme le pousse à aider les aborigènes. Depuis son appropriation de la ferme, Hans a plus de 200 ouvriers qui travaillent dans l’élevage des poules et la production des œufs. En outre, Hans veille sur l’éducation de deux petites filles en leur offrant la possibilité d’être scolarisées dans un pays où étudier est un acte à la fois luxueux et inaccessible. L’auteur nous fait vivre la magie de l’Afrique. La magie dans tous les sens ! L’Afrique magique par l’esprit africain qui s’éprend de la sorcellerie comme croyance et religion. L’Afrique magique par le silence épeurant et prélude à une révolution éminente des léopards bientôt réveillés. Plus encore, l’Afrique ployée par des pratiques de corruption et l’incorrigible comportement, celui de l’abus de pouvoir des politiciens et des hauts fonctionnaires. Ils s’enrichissaient au détriment des pauvres et devant tout le monde… Hans représente l’individu armé de bonne volonté et au désir ardent de ramener la prospérité et l’espoir aux Africains. Cependant, ses interminables efforts sont voués à l’échec. Il est clair que personne ne peut changer le cours de l’histoire coloniale dans ce pays. Hans n’était qu’une goutte d’eau instillée en direction du cratère d’un volcan sur le point d’entrer en éruption. Indubitablement rien à faire ! La révolte n’est qu’une conséquence des lourdes injustices commises dans le passé. Titre original : Leopardens öga Membre : St-Léonard Mankell, Henning. L'Oeil du léopard, Éditions du Seuil, 1990, 2012, 342 pages.

La Fête de l'insignifiance

Kundera, Milan

La Fete de l-insignifiance Coup de coeur littéraire à Entracte émission animée par Marie-Anne Poggi sur les ondes de radio Ville-Marie.
ENTRACTE M Poggi - 2014 05 31 club
Kundera, Milan. La Fête de l'insignifiance, Éditions Gallimard, 2014, 142 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Le Maître des illusions

Tartt, Donna

Le Maître des illusions « Richard Papen, un étudiant californien de dix-neuf ans […], débarque dans une petite université du Vermont avec la ferme intention de poursuivre des études de grec. Il parvient à intégrer le petit groupe très fermé et fascinant d'étudiants en lettres classiques, mené par le charismatique Julian Morrow, un sage mais étrange professeur. Il se lie rapidement avec les cinq étudiants, Henry Winter, un génie ténébreux riche à millions […], le beau Charles Macauley et sa sœur jumelle Camilla, Francis Abernathy, riche excentrique et gay, et Bunny Corcoran, le cancre du groupe, stéréotype du brave Américain bourgeois. Les semaines passent ainsi comme dans un rêve pour Richard, entre la beauté des paysages du Vermont, les week-ends à la campagne, les soirées étudiantes […], le tout baigné d’alcool et imbibé de drogues, sans compter son coup de foudre pour la belle et froide Camilla. Pourtant, une tension s'installe et Richard se rend vite compte que ses cinq nouveaux amis lui cachent quelque chose. » Donna Tartt réussit à installer un suspense parfait. C'est magistral et d'une effarante perversité. Le livre est dédié à celui qu'elle considère comme son maître, Bret Easton Ellis. Titre original : The Secret History Membre : France Cette suggestion est proposée par un lecteur, du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal. Tartt, Donna. Le Maître des illusions, Éditions Plon, 1992, 1993, 705 pages.

Le Royaume

Carrère, Emmanuel

Le Royaume Tantôt historien, tantôt exégète, l'auteur, après une crise mystique dans sa jeunesse, se dit aujourd'hui incroyant, mais il reste marqué par la venue de Jésus, événement qui ne le séduit plus, mais le sidère : « Je ne crois pas qu'un homme soit revenu d'entre les morts. Seulement qu'on puisse le croire, et de l'avoir cru moi-même, cela m'intrigue, cela me fascine, cela me trouble, cela me bouleverse - je ne sais pas quel verbe convient le mieux », page 354. Il veut comprendre comment cette petite secte juive a pu devenir une religion qui a envahi le monde. Dans sa démarche, il imagine ce premier siècle de la chrétienté en suivant surtout Paul, le converti de Damas, le « fou furieux » de Dieu, et l'apôtre Luc, sans doute l'auteur des « Actes des apôtres » auquel il tend à s'identifier. Il raconte les dissensions existant entre les apôtres, surtout concernant la circoncision et la crucifixion, et leurs rivalités ; il nous montre ainsi l'envers de la médaille auquel on ne pense pas toujours. Il imagine ce premier siècle de la chrétienté en ayant à ses côtés le livre de Renan et après avoir accumulé une quantité impressionnante de connaissances sur le sujet. Omniprésent, il propose ses propres hypothèses et n'hésite pas à prendre des exemples de l'époque contemporaine, surtout russes, pour se faire bien comprendre du lecteur. Il termine son livre par une sorte d'apothéose sur le Royaume tel qu'il le comprend. C'est un livre à lire, c'est un monument littéraire fascinant, très puissant, mais un peu déstabilisant. Membre : Outremont Carrère, Emmanuel. Le Royaume, Éditions P.O.L., 2014, 630 pages.

Lettres de Bagdad : carnet de route

Menget, Lucas

Lettres de Bagdad Journaliste français spécialisé dans l'international, l'auteur s'est rendu à plusieurs reprises en Irak, du début 2003 à la fin 2010. Il y a fait notamment des reportages en direct pour la télévision française. Favorable au départ à l'invasion américaine, puisque Saddam Hussein était à ses yeux un horrible dictateur, il a révisé son jugement après avoir constaté de ses yeux le désastre qui en a découlé. Selon lui, ce désastre est attribuable non pas tant à l'invasion elle-même qu'à l'administrateur Paul Bremer ; ce dernier, dès la victoire acquise, a démobilisé l'armée irakienne et congédié les fonctionnaires et les milliers d'enseignants reliés au parti Baas. Ce qui, évidemment, les a poussés dans la clandestinité et a totalement désorganisé le pays. Ce petit livre contient les lettres que Lucas Menget a envoyées par courriel en France durant ses séjours de 2007 et 2008, lettres qu'il rédigeait alors que le couvre-feu le confinait à son hôtel dès 19h. Les phrases sont courtes et précises : elles nous placent au cœur de la violence dont témoignent les meurtres et les attentats quasi quotidiens. On en comprend mieux les causes : des conflits inter-communautaires dont l'origine se perd dans la nuit des temps et que les interventions occidentales n'ont fait que compliquer davantage. Membre : Germaine-Guèvremont Menget, Lucas. Lettres de Bagdad : carnet de route, Éditions Thierry Marchaisse, 2013, 144 pages.

Remonter la Marne

Kauffmann, Jean-Paul

Remonter la Marne Cet ancien journaliste politique, grand reporter, décide de remonter la Marne, de sa confluence avec la Seine à sa source. Il fera un périple de 525 kilomètres. Durant son voyage, au plus près du fil de l’eau, par une écriture très précise, il nous rendra compte des personnes qu’il rencontre, de ses souvenirs d’enfance lors de son arrêt à Vitry-le-François, de la France qui crée des déserts ruraux dans cette région si riche d’évènements historiques. En accompagnant l’auteur, j’ai trouvé que ce livre fait écho à une réflexion très actuelle sur les évènements mondiaux : « La campagne française, ce continent désolé… » Membre : Germaine-Guèvremont Kauffmann, Jean-Paul. Remonter la Marne, Éditions Fayard, 2013, 261 pages.

Sous le soleil de Toscane : une maison en Italie

Mayes, Frances

Sous le soleil de Toscane Une Américaine achète une maison en Toscane et sa vie en est bouleversée. Ce livre sent bon l'Italie, sa magie, sa douceur de vivre, mais aussi ses imprévus et son impétuosité. Titre original : Under the Tuscan Sun Membre : Médiathèques de Romans Mayes, Frances. Sous le soleil de Toscane : une maison en Italie, Éditions Quai Voltaire, 1998, 324 pages.

Yeruldelgger

Manook, Ian

Yeruldelgger La revue Le Point, dans ses critiques littéraires, disait à propos de ce livre : « Si vous n’avez qu’un livre à lire cet été, eh bien, c’est celui-là ». Je suis totalement d’accord avec ce commentaire. Quand je lis un thriller j’aime qu’il y ait du piquant et dans ce roman, il y en a à la bouteille. L’histoire se passe en Mongolie. La Mongolie, c’est un autre monde, c’est l’Orient, mais on y regarde quand même CSI. Un crime sordide en dévoile d’autres. Suspense, dépaysement, sexe et des tarés comme partout. Un nouveau James Lee Burke… Une garantie, j’achète tous ses prochains livres. Membre : Cercle littéraire Bridge-Québec Manook, Ian. Yeruldelgger, Éditions Albin Michel, 2013, 542 pages.
pas touche!!!