23/06

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Je ne sais pas qui, de l’équipe du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), a eu l’idée du titre Toulouse-Lautrec affiche la Belle Époque, mais il résume parfaitement son contenu. Encore une fois, nous avons beaucoup de chance d’accueillir cette exposition à Montréal jusqu’au 30 octobre, d’autant plus que quelques-unes des lithographies montrées le sont pour la première fois.
Gilles Genty, historien de l’art et commissaire invité, assure le commissariat de l'exposition avec Hilliard T. Goldfarb, conservateur senior des collections et conservateur des maîtres anciens au MBAM.
Qui n’a pas déjà entendu parler d’Henri de Toulouse-Lautrec ? Né à Albi en 1864 et mort en 1901 au château Malromé, Toulouse-Lautrec a touché autant à la lithographie qu’à la peinture, au dessin qu’à l’illustration. C’est un plaisir renouvelé de voir les affiches et estampes de cet artiste français qui nous dépeignent le Montmartre de la fin du XIXe, où il habitait par ailleurs. On y retrouve le chansonnier Aristide Bruant, la danseuse de cancan La Goulue, Jane Avril, l’une des danseuses les plus populaires du fameux Moulin Rouge ou encore Yvette Guilbert, chanteuse du café-concert montmartrois.
Le MBAM nous propose une centaine d’affiches et d’estampes – appartenant à un particulier qui n’a pas voulu être identifié – couvrant « l’ensemble de la production lithographique de l’artiste, de 1891 à 1900 ». L’exposition nous présente aussi quelques œuvres d’artistes tels Louis Anquetin avec, entre autres, L’Intérieur de chez Bruant : Le Mirliton (1886-1887), huile sur toile que nous avons l’opportunité de voir pour la toute première fois et Tournée du Chat Noir (1896), lithographie en couleurs sur vélin de Théophile Alexandre Steinlen.
Jamais marié, buveur et atteint de syphilis, Toulouse-Lautrec, parti beaucoup trop jeune, laisse aux générations futures une œuvre impressionnante et indémodable, offrant une palette de coloris chatoyants.
Une mention spéciale à Sandra Gagné, architecte et chef de la Production des expositions au MBAM, qui signe une très belle mise en place.
Grâce à cette exposition, qui comporte également quelques dessins et photos, nous faisons une incursion dans le Paris de la Belle Époque, à travers ses cabarets, sa vie nocturne, ses bals, mais aussi ses prostituées. Quelques surprises – dont certaines en musique –, mais pour les découvrir, il faudra vous rendre au MBAM. Bonne visite ! L’exposition poursuivra sa route à la Phillips Collection de Washington à partir de février 2017.

En vous rendant sur la chaîne YouTube à l’émission Les Irrésistibles de Marie-Anne, vous pourrez entendre, à chaque semaine, mes commentaires et critiques de théâtre ou d’arts visuels.

Voici la première partie de l'entrevue que nous accordait Laura Vigo, commissaire de l'exposition Pompeii, dans le cadre d'une rencontre qui s'est tenue à la bibliothèque Robert-Bourassa à Outremont. La suite, la semaine prochaine !

Irrésistibles 20160623

Je vous souhaite de très belles découvertes et à la semaine prochaine,

Marie-Anne


Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

1Q84. Livre 1, [Avril-juin]

Murakami, Haruki

1Q murakami Un roman agréable à lire et qui donne à réfléchir. L'histoire, très bien ficelée, se passe au Japon et il est question, comme en toile de fond, de luttes contre des sectes où des violences physiques et morales sont faites au nom d'un « Très grand ». Les personnages sont attachants, malgré leurs failles, et habilement présentés. Quelques éléments de fantastique dans le récit sont tout à fait bien placés. Le style est vivant et imagé et, si les sujets sont parfois très sérieux, on retrouve souvent un humour intelligent. Par exemple : « Les gros saules pleureurs, très touffus... [qui], lorsque le vent souffle, oscillent sans bruit tel un rassemblement d'âmes errantes » ou « Il avait supplié de cesser de lui téléphoner en pleine nuit... comme un paysan qui conjure les dieux de ne pas envoyer une nuée de sauterelles dans son champ avant la récolte. » On trouve aussi racontés quelques pans intéressants de l'histoire du Japon. Finalement un roman « complet ». Membre : Île-des-Soeurs Murakami, Haruki. 1Q84. Livre 1, [Avril-juin], Éditions Belfond, 2009, 2011, 533 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Au Lac des Bois

O'Brien, Tim

au lac tim  obrien John Wade ne s’était pas méfié. Un échec politique retentissant aux sénatoriales et le trouble s'immisce dans le reflet d'un homme populaire qu'on disait « un type bien » sous tous rapports. Une erreur de calcul. Un mauvais tour de prestidigitateur. Le passé de « sorcier » resurgit, le double moins idéal que John avait pris soin de faire disparaître de sa mémoire. Retirés à la lisière des forêts du nord du Minnesota, au bord du Lac des Bois, John et sa femme Kathy tentent de sauver ce qui peut encore l'être. Las, la solitude a envahi le couple et l'environnement qui les entoure n'est qu'un rappel douloureux du vide de leur existence. Alors que les cauchemars et les comportements de John font une brusque incursion dans l'enfer du Vietnam, un matin, Kathy n'est plus là... S'est-elle perdue en se promenant sur le lac ? A-t-elle fui ou sombré ? Noyade ? Enlèvement ? Meurtre ? Hypothèses, témoignages et pistes irrationnelles conduisent l'enquête vers les méandres du passé de John. Que souhaitait-il cacher aux yeux de tous ? Éprouve-t-il des remords ? Et a-t-il seulement la réponse à toutes ces questions ? Dans cette énigme envoûtante, les fantômes du présent et du passé s'entremêlent, filent sur un cours mélancolique tandis que remonte à la surface de l'eau la tragédie de My Lai et les secrets d'un homme et d'une femme éperdus d'amour. Un roman noir d'une profondeur indicible. Titre original : In the Lake of the Woods Membre : France Cette suggestion est proposée par un lecteur, du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal. O'Brien, Tim. Au Lac des Bois, Éditions Plon, 1996, 263 pages.

Café Lowendal & autres nouvelles

Rosnay, Tatiana de

café lowend rosnay Ce sont dix nouvelles inédites, certaines absolument brillantes (Ozalide, Constat d’adultère, etc.) Une seule m’a déçue (La Tentation de Bel-Ombre). Trois traitent d’histoires d’écrivains et d’autres de voyages. Membre : Cercle littéraire Bridge-Québec Rosnay, Tatiana de. Café Lowendal & autres nouvelles, Le Livre de poche 2014, 276 pages.

Dans la peau d'un Thug

Bibimoune, Nargesse

dans la peau bibimoun Écrit par une jeune fille, Nargesse Bibimoune, ce livre raconte l’histoire de Youssef, un « thug », acronyme pour « The Hate U Give », lancé par le défunt rappeur Tupac, qui se retrouve anéanti par la mort de son meilleur ami. Ce drame va bouleverser sa vie. L’auteure traite de sujets aussi simples que l’amour, l’amitié, la famille et la religion vus au travers du prisme de la banlieue. « You » est un voyou, mais c’est avant tout un personnage attachant, charismatique presque. Son amour pour sa mère, qui frise la dévotion, est magnifique. La mort de son ami/frère Pingouin le dévaste et l’entraîne dans les tréfonds de la tristesse. Je ne vais pas entrer dans les détails, car il y a tellement à dire que je ne voudrais pas non plus en dire trop. Sachez que c’est un livre bluffant. Un peu difficile au début à aborder, notamment à cause de certaines expressions (merci pour le lexique !) mais, au fur et à mesure, on se laisse prendre par l’histoire qui nous raconte la banlieue, vue de l’intérieur, très loin des poncifs et autres a priori qui sont galvaudés dans certains médias. À découvrir ! Membre : France Cette suggestion est proposée par un lecteur, du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal. Bibimoune, Nargesse. Dans la peau d'un Thug, IS édition, 2013, 300 pages.

Demain

Dion, Cyril et Mélanie Laurent

demain documentaire Demain, un documentaire coup de poing. Des jeunes Français décident de se promener à travers la planète pour voir ce qui se fait au point de vue écologique, car elle se détériore, notre chère planète. Ils vont à Détroit où des gens se sont pris en mains en faisant des jardins communautaires pour retrouver leur dignité après que l'industrie automobile les ait abandonnés. Ils vont à Stanford, Californie, questionner des chercheurs. Ils vont en Angleterre, à différents endroits, dont Bristol où des gens ont utilisé chaque parcelle de terre pour en faire profiter tout le monde. Ils questionnent des politiciens, des banquiers, des chercheurs et des gens de l'industrie alimentaire. Ils comparent les coûts de la production locale et de la production industrielle ; ils nous font remarquer que des produits voyagent des kilomètres, coûtant beaucoup en transport, et ce transport, polluant la planète, par le fait même. On nous montre que, grâce à ces jardins, les gens se rapprochent et que les enfants participent également. Tout le long du documentaire, il y a de la musique de tous genres qui nous met dans une ambiance de joie et d'espoir. On sort de ce film décidé à faire notre part. Courez le voir, il s'appelle Demain. Il joue à Montréal, mais je suis certaine qu'on le passera partout dans le monde afin de sensibiliser les gens. Membre : Outremont Dion, Cyril et Mélanie Laurent. Demain, Documentaire français, 2015.

Fall For You

James, Leela

fall for yo cd Elle était destinée à une carrière sportive. En effet, Leela James aurait pu devenir championne d’athlétisme, plus particulièrement de sprint, si une blessure au genou ne l’avait pas stoppée dans son élan. Ce que le monde sportif y a peut-être perdu, l’univers de la musique l’a sans aucun doute gagné. Et plus particulièrement celui du R’n’B, où sa voix fait aujourd’hui merveille. Tant sur les morceaux groovy tel Say That, que sur ceux au tempo plus lent comme Fall For You. Un slow qui devrait ravir les amateurs, s’il y en a encore. Nourrie de chants gospel à l’église dès son plus jeune âge, élevée à l’écoute des grandes chanteuses soul telle Aretha Franklin, Leela James ne pouvait que trouver sa voie dans la musique. Et tant pis pour le sport ! Membre : France Cette suggestion est proposée par un lecteur, du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal. James, Leela. Fall For You, CD, 2014.

Inconnu à cette adresse

Kressmann Taylor, Kathrine

inconnu à cette a Coup de poing, pour ne pas dire coup de cœur, ce qui serait trop faible, pour Inconnu à cette adresse de Kressman Taylor, cette femme visionnaire qui a écrit ce petit bijou fin des années 30. Terrible comment la politique peut changer l'amitié entre deux êtres ! Titre original : Address Unknown Membre : Île-des-Sœurs Kressmann Taylor, Kathrine. Inconnu à cette adresse, Éditions Autrement, 1938, 1999, 170 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Le Fleuve

Drapeau, Sylvie

le fleuve

Écoutez le coup de cœur d’un membre du Club des Irrésistibles lu par Marie-Anne Poggi.

Irrésistibles 20160623

Drapeau, Sylvie. Le Fleuve, Éditions Leméac, 2015, 70 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Le Porteur de lumière. 3, L'Oeil brisé

Weeks, Brent

loeil bris weeks Alors que les dieux s'éveillent, la Chromerie s'efforce de retrouver son Prisme, le seul homme capable d'enrayer le chaos. Mais Gavin Guile a été capturé par des pirates. Pire encore, il a perdu le pouvoir qui le définissait : celui de créer. Privé de la protection de son père, Kip Guile va devoir faire montre de toute son ingéniosité pour survivre à une guerre secrète entre les nobles, les factions religieuses, les rebelles... et un ordre de mystérieux assassins de plus en plus puissant, l'Œil brisé. Moins d’action que dans les précédents, il n’en est pas moins inintéressant. On entre dans les coulisses des jeux de la politique, du pouvoir. Incapable de le lâcher jusqu’à la fin. Titre original : The Broken Eye Membre : Germaine-Guèvremont Weeks, Brent. Le Porteur de lumière. 3, L'Oeil brisé, Éditions Bragelonne, 2014, 2015, 860 pages.

Prête à tout

Maynard, Joyce

prête à t joyce Ce roman, inspiré d’une histoire vraie, se passe aux États-Unis ; il a fait l’objet d’un film avec Nicole Kidman dans le rôle principal. Suzanne, vingt-cinq ans, belle, ambitieuse, choyée par ses parents est « prête à tout » pour réaliser ses projets : devenir animatrice reconnue à la télévision. Elle épouse Larry, un jeune restaurateur italien, dont elle pense être amoureuse. À force de persuasion, elle va arriver à se faire embaucher dans une petite station de télévision locale où elle sera chargée, pour commencer, de la rubrique météo. Mais cela ne lui suffit pas pour accéder à une grande chaîne nationale. Elle va proposer à son directeur de faire un reportage sur les adolescents du lycée. Elle va suivre la vie de deux jeunes garçons et d’une jeune fille pendant plusieurs mois. Elle arrivera à les manipuler et l’irréparable sera commis par son jeune amant de seize ans. Le jour où Larry sera retrouvé mort, elle sera la première suspecte. Tour à tour, en quelques pages à chaque fois, toutes les personnes qui l’ont côtoyée vont s’exprimer : ses parents, son employeur, les adolescents, ses beaux-parents. Chacun en dressera un portrait différent. Un livre passionnant qui nous tiendra en haleine du début à la fin. Fin inattendue et surprenante. J’ai hâte de pouvoir me procurer le film. Titre original : To Die For Membre : France Maynard, Joyce. Prête à tout, Éditions Philippe Rey, 1993, 2015, 339 pages.

Seul dans le noir

Auster, Paul

seul dans le auster Monsieur Auster est fatigué… Si ce livre avait été présenté à un éditeur et si j’avais été membre du comité de lecture, j’aurais écrit : sans intérêt. Paul Auster utilise un artifice de narration très facile. Un homme impotent et insomniaque rêve éveillé et se raconte une histoire à dormir debout ; entre deux phrases de délire, il raconte sa vie et celle de sa famille. Paul Auster fait du pathos et accumule sur son narrateur tous les malheurs de l’Amérique. L’écriture n’a rien d’exceptionnel, elle ne sauve pas ce livre qui, heureusement, est assez court afin d’être vite oublié. Titre original : Man in the Dark Membre : Germaine-Guèvremont Auster, Paul. Seul dans le noir, Éditions Actes Sud, Leméac, 2008, 181 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

pas touche!!!