21/08

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Nous avons été nombreux à voir l’exposition Yves Saint Laurent qui ouvrait ses portes en mai 2008 au Musée des beaux-arts de Montréal. Pierre Bergé, compagnon de vie d’Yves Saint Laurent et son partenaire d’affaires jusqu’à la dernière heure, était alors venu inaugurer l’exposition. Yves Saint Laurent, trop malade pour faire le voyage, est décédé à Paris quelques jours plus tard, le 1er juin 2008 à l'âge de 71 ans, des suites d'un cancer au cerveau.
En allant voir le film de Jalil Lespert, Yves Saint Laurent, vous en apprendrez beaucoup sur ce grand couturier français, ainsi que sur sa garde rapprochée, ses collaborateurs, ses habitudes de travail, ses dépendances à la drogue, à l’alcool et bien d’autres choses encore.
Ce drame biographique a eu l’approbation de Pierre Bergé et ce dernier a accepté de prêter les collections originales d’Yves Saint Laurent pour le tournage. Le récit débute en 1955, en Algérie, plus précisément à Oran, là-même où est né Yves Saint Laurent. Le jeune homme, à peine âgé de 20 ans, dessine déjà depuis un moment et souhaite ardemment devenir styliste. Malgré sa timidité, qui aurait pu être un handicap, il fera ses premiers pas chez Dior en tant qu’assistant, mais deviendra rapidement le directeur de la maison « le plus jeune à occuper une telle fonction dans l'histoire de la haute couture », au moment du décès de Dior, le 24 octobre 1957. Rencontre d’Yves Saint Laurent et de Pierre Bergé un an plus tard ; c’est le coup de foudre. Mais qui dit grand amour dit aussi grand malheur. Malgré la gloire et la notoriété, la descente aux enfers d’Yves Saint Laurent commence, et par le fait même, celle de Pierre Bergé qui doit constamment recoller les pots cassés. Malgré tout, Bergé restera aux côtés de cet être de génie, comme il le disait lui-même, jusqu’à la toute fin.
Pierre Niney, qui interprète Yves Saint Laurent – j’ai envie d’écrire qui « est » Yves Saint Laurent –, crève l’écran. Hallucinant de vérité. Guillaume Gallienne en Pierre Bergé et Charlotte Le Bon dans le rôle de Victoire Doutreleau, mannequin et muse d’abord de Christian Dior puis d’Yves Saint Laurent, sont aussi excellents.
J’irai voir dans quelques mois, à titre comparatif, Saint Laurent de Bertrand Bonello, une autre production sur ce grand couturier français, film qui n’a pas reçu l’avale de Pierre Bergé et qui ne sortira pas sur nos écrans québécois avant 2015. À suivre !

Je vous souhaite une très belle fin de semaine et bonnes lectures,
Marie-Anne


Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Adam et Cassandra

Barbara Pym

Adam et Cassandra Ce roman de Barbara Pym, écrit en 1936, a été publié à titre posthume en 1987. L’histoire se déroule dans un petit village paisible du Shropshire. Les habitants, n’ayant pas grand-chose à faire, passent leur temps entre un thé, une partie de bridge et la messe, à colporter des rumeurs sur les uns et les autres, chacun y allant de sa version. Ainsi, c’est la vie d’Adam et de Cassandra, un jeune couple marié depuis cinq ans qui sera commentée. Adam est un écrivain paresseux, qui se plaint tout le temps. Il est beau et toutes les femmes du village envient Cassandra. Elle est riche et il en profite largement. Elle lui est entièrement dévouée et passe son temps, entre deux lectures, à satisfaire tous ses caprices. Mais cela va-t-il durer longtemps ? Lorsqu’un bel Hongrois arrive dans le village, toute la vie de cette petite communauté va être chamboulée. Car il est beau et s’éprend de Cassandra, qui malgré tout l’amour qu’elle porte à son mari, ne reste pas insensible à son charme. Quand il lui propose de partir avec lui à Budapest, saura-t-elle résister ? Cette histoire très romantique pourrait faire penser à un roman « de gare ». Mais c’est l’écriture de l’auteure qui fait toute la différence et surtout certains personnages que l’on y rencontre : cocasses, fourbes et d’autres, très attachants. Un livre charmant et très délassant à lire en été. Ayant déjà lu d’autres livres de Barbra Pym je savais à quoi m’attendre. Titre original : Civil to Strangers Membre : Romans sur Isère Pym, Barbara. Adam et Cassandra, Éditions Rivages, 1936, 1987, 235 pages.

Amour anonyme

Werbowski, Tecia

Amour anonyme Amour anonyme se lit avec rapidité et avidité. Le roman d'une vie, aussi passionnante qu'un roman policier. Pendant plusieurs années, Olga Lorski, a partagé clandestinement la vie amoureuse d'Henri Grenier. Lucie Grenier ignorait tout de l'existence de sa maîtresse. Bien sûr, elle n'avait rien fait pour entretenir sa passion pour Henri. Olga va se manifester lentement, mais elle n'aura pas le droit aux condoléances... C'est fascinant d'assister à la rencontre des deux femmes. L'auteure est née à Prague. Elle a émigré au Canada, il y a plusieurs années. Elle partage sa vie entre sa ville natale et Montréal. Titre original : Love Anonymous Membre : Laval Werbowski, Tecia. Amour anonyme, Éditions Les Allusifs, 2002, 96 pages.

Au revoir là-haut

Lemaitre, Pierre

Au revoir là-haut Un grand coup de cœur pour ce roman historique de l’après-guerre 14-18. Je partage entièrement les nombreux commentaires qui ont déjà été proposés depuis le début de l’année. Merci pour cette référence ! Membre : Ste-Dorothée Lemaitre, Pierre. Au revoir là-haut, Éditions Albin Michel, 2013, 567 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Elle marchait sur un fil

Delerm, Philippe

Elle marchait sur un fil Philippe Delerm est l’auteur, entre autres, de La Première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules (1997), de Bonheur : tableaux et bavardages (1998) et de Je vais passer pour un vieux con et autres petites phrases qui en disent long (2012). Elle marchait sur un fil se lit en une soirée. Dans ce roman, qui oscille entre la Bretagne et Paris, l’auteur « transpose une problématique essentielle de sa vie : son rôle de père par rapport à un fils désireux de se réaliser artistiquement, mais aussi son métier d’enseignant de littérature et de théâtre, qui l’a amené à côtoyer bien des jeunes attirés par l’écriture et le spectacle. Le Fil, titre du spectacle de Marie [personnage principal de ce roman], est la métaphore de ce désir, d’une vie « funambule », à la fois fragile et sans résignation. » C’est un roman de l’instant présent, un petit plaisir de lecture que l’on s’octroie pour se faire du bien. Bonne lecture ! Membre : Germaine-Guèvremont Delerm, Philippe. Elle marchait sur un fil, Éditions du Seuil, 2014, 211 pages.

Il faut qu'on parle de Kevin

Shriver, Lionel

J'ai lu un livre que je qualifierais plutôt « coup au cœur » que « coup de cœur ». Je connais des gens qui ont été incapables de se rendre jusqu'au bout. C'est l'histoire d'une mère qui entreprend, par des lettres écrites à son mari, de comprendre tout ce qui s'est passé autour de Kevin, leur fils, qui a tué huit élèves de son école secondaire. À partir de leur vie de couple sans enfant, au questionnement d'en avoir ou pas, en passant par la grossesse, l'accouchement, les premiers mois, les premières années, l'auteure nous amène dans tout ce questionnement sur le fait d'être une bonne mère, sur l'enfant aimable spontanément. On comprend toute l'ambivalence face à ce fils problème avec lequel elle n'a jamais eu de véritable rencontre amoureuse. C'est difficile pour le couple aussi, le père préférant nier une certaine réalité et prendre le parti de ce fils particulier. L'arrivée d'une petite fille pourrait consoler, mais elle accentue l'existence des clans et elle devient aussi l'innocente victime de ce frère inquiétant. Toute mère, même la plus comblée, est interpelée à un moment donné par le questionnement et la souffrance de cette famille. C'est un livre grave et malheureusement actuel. Titre original : We Need to Talk about Kevin Membre : Ville Mont-Royal Shriver, Lionel. Il faut qu'on parle de Kevin, Éditions Belfond, 2006, 485 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Jacques et Raïssa Maritain, les mendiants du ciel : biographies croisées

Barré, Jean-Luc

Jacques et Raïsa Maritain Barré Quand on pense aux couples qui marquèrent la scène littéraire du XXe siècle, on songe à l'improbable Miller-Monroe ou à l'illusion que fut celui de Louis Aragon et d'Elsa Triolet. On a relégué aux oubliettes celui de Jacques et Raïssa Maritain, sans doute n'était-il pas assez orageux, et pourtant... Dans cette biographie extrêmement bien documentée, Jean-Luc Barré nous raconte l'incroyable destin qui fut le leur. S'étant rencontrés à la fin de l'adolescence, désespérés par le monde qui les environnait, ils jurèrent de se suicider ensemble ; l'écrivain Léon Bloy les en empêcha en les convertissant au catholicisme. Dès lors, leur vie fut entièrement consacrée à tenter de se rapprocher le plus près de Dieu. Paradoxalement, alors qu'ils recherchaient la solitude, une foule de personnes vinrent les trouver pour leur demander conseil. Ils devinrent les confidents de Jean Cocteau, de Max Jacob, de Maurice Sachs, etc. Spécialiste de la pensée thomiste, Jacques Maritain fut invité à se rendre de nombreuses fois aux États-Unis et au Canada, où il croisa la route de Thomas Merton et de Benoît Lacroix. Que vous soyez croyant ou non, vous ne pourrez lâcher ce livre qui se lit comme un roman. Membre : Laval Barré, Jean-Luc. Jacques et Raïssa Maritain, les mendiants du ciel : biographies croisées, Éditions Stock, 1995, 657 pages.

L'Orangeraie

Tremblay, Larry

Excellent L’Orangeraie. Je l'ai lu d'une traite. Quelle écriture directe. Pas un mot pour rien. L'essentiel. Des tableaux faciles à imaginer. Une finale qui m'a laissé perplexe, par contre. Un bon candidat au prix du Club des Irrésistibles. Si les autres titres qui seront en nomination sont aussi captivants, j’embarque. Membre : Verdun Tremblay, Larry. L'Orangeraie, Éditions Alto, 2013, 160 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

La Faiseuse d'anges

Läckberg, Camilla

La Faiseuse anges La découverte d’une auteure passionnante ! Une reine du polar qui connaît beaucoup de succès. Neuf romans policiers à son crédit. Âgée de 40 ans, Läckberg s’est inspirée de son couple pour créer. « Son détective, Patrik Hedström, est un brave père de famille qui lutte contre un patron incompétent et des nuits sans sommeil. Sa femme, Erica Falck, est écrivaine et elle essaie de survivre entre l’écriture, ses jeunes enfants et les enquêtes de son mari qui la passionnent. Le couple Hedström-Falck vit des frustrations, des luttes de pouvoir qui tournent souvent autour du partage des tâches […] Camilla Läckberg est séparée, alors que le couple d’Erica Falck tient le coup », comme l’écrivait Michèle Ouimet dans La Presse du 18 juillet dernier. Ce livre nous tient en haleine du début à la fin ; 436 pages fort agréables. Bonne lecture ! Titre original : Änglamakerskan Membre : Germaine-Guèvremont Läckberg, Camilla. La Faiseuse d'anges, Éditions Actes Sud, collection Actes noirs, 2011, 2014, 436 pages.

La Solution intérieure : vers une nouvelle médecine du corps et de l'esprit

Janssen, Thierry

La solution intérieur Après avoir visionné le documentaire de Jean-Yves Bilien Les Guérisseurs, la foi, la science !, j’ai trouvé opportun de lire La Solution intérieure. Thierry Janssen, chirurgien jusqu’en l998, démissionne subitement du centre de cancérologie de l’Université de Bruxelles, « fatigué d’une spécialisation à outrance qui empêche de voir le malade derrière l’organe et l’être humain derrière le malade. » Dans son livre, l’auteur enseigne les principes d’une médecine humaniste et responsable, une médecine du corps et de l’esprit. « Retraçant l’histoire de la médecine psychosomatique, Jansen nous montre comment, depuis un siècle des médecins thérapeutes ont tenté de faire concorder ces deux « sens » (corps et esprit) au risque de confondre l’interprétation des symptômes d’une maladie avec l’explication de ses causes réelles. » Un livre qui invite à la réflexion. Bonne lecture ! Membre : Germaine-Guèvremont Janssen, Thierry. La Solution intérieure : vers une nouvelle médecine du corps et de l'esprit, Éditions Fayard, 2006, 375 pages.

Le Liseur du 6 h 27

Didierlaurent, Jean-Paul

Le Liseur du 6h27 Un premier roman pétillant, humain, souvent drôle, le type même de livre léger et intelligent (non, ce n’est pas incompatible). Un roman qui est une ode d'amour à la lecture et à ce qu'elle apporte. Membre : Médiathèques de Romans Didierlaurent, Jean-Paul. Le Liseur du 6 h 27, Éditions Édito, 2014, 181 pages.

Le Ventre de Paris

Zola, Émile

Le Ventre de Paris J'ai trouvé, dans ce livre, qu'Émile Zola était un artiste virtuose, mais parfois jusqu'à la lassitude. J'ai lu certaines longues descriptions en diagonale, tout en y admirant le pinceau sous la plume. Par ailleurs, la fin du récit m'a émue et a secoué ma lassitude. Fini les mauvaises odeurs des Halles et place à un drame bien humain. Florent, l'idéaliste révolutionnaire au coeur tendre, se fait pincer par la justice aveugle de ses concitoyens, ce qui permet au quartier de reprendre la quiétude « repue » que sa présence avait dérangée. Membre : Île-des-Sœurs Zola, Émile. Le Ventre de Paris, Éditions Gallimard, 1873, 2002, 471 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Romans, nouvelles, œuvres diverses

Vian, Boris

Romans, nouvelles, oeuvres diverses Ce gros bouquin est une formidable initiation à l’œuvre de Vian. Il contient ses romans les plus connus, incluant des romans publiés sous son pseudonyme de Vernon Sullivan, des nouvelles, du théâtre, des poèmes, des chansons (dont l’impérissable Le Déserteur) et des écrits sur le jazz. Le lecteur se délecte de plusieurs facettes de l’immense talent de Vian. Pacifiste, rebelle, critique social, faussement raciste et misogyne, poète et fou du jazz, il joue dans le fantastique et utilise un vocabulaire bouillonnant d’inventivité. Pour les lecteurs pressés qui veulent en quelques pages jouir de l’extrême talent de Vian, et comprendre à quel point il est un maître de la chute, je recommande tout particulièrement deux nouvelles : Les Fourmis (qui n’est pas un traité d’entomologie) et L’amour rend aveugle (qui ne porte pas sur le sentiment amoureux). Dommage que ce créateur soit mort si jeune ! Édition établie, présentée et annotée par Gilbert Pestureau. Membre : Lucienne Vian, Boris. Romans, nouvelles, œuvres diverses, Éditions Le Livre de poche, collection La Pochothèque, 1991, 1343 pages.

The Way

Estevez, Emilio

La route ensemble_The Way Dans ce film, Tom, la petite soixantaine, médecin, bien installé dans la vie, apprend la mort brutale de son fils, Daniel. Fils avec lequel la communication était difficile et qui avait d'autres valeurs que son père. Il est décédé un jour de tempête sur le Camino espagnol : il entamait le premier jour de son pèlerinage. Tom va chercher les cendres de son fils et, soudainement, décide d'entreprendre le pèlerinage de Compostelle. Une façon peut-être de se rapprocher de son fils et de le comprendre. Taciturne, Tom, malgré tout, rencontre d'autres pèlerins : Joost le Hollandais bonhomme, Sarah la Canadienne fragile et réservée et Jack l'Irlandais, écrivain excentrique souffrant du syndrome de la page blanche. Les personnages sont un peu stéréotypés, leur psychologie manque également de finesse, mais chacun a une fêlure qui se révèle au fil du chemin ; je les ai trouvés quand même attachants. Avec leurs différences et leurs querelles, un lien va se tisser entre eux et ils vont apprendre à marcher ensemble. Membre : France Cette suggestion est proposée par un lecteur, du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal. Estevez, Emilio. The Way, film américano-espagnol, 2010, 2013.
pas touche!!!