27/08

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

C’était la première fois que je lisais une œuvre de l’auteure mauricienne Nathacha Appanah : une très belle découverte, une écrivaine à suivre. En attendant demain (Gallimard, 2015), son cinquième titre, est un roman intrigant, envoûtant, qui nous tient en haleine du début à la fin.
En trois parties, le récit commence par la fin. Après quelques pages, cependant, nous savons ce qui est arrivé aux protagonistes, mais il nous manque le pourquoi et le comment.
Comme il y a plusieurs rebondissements dans cette histoire qui se déroule sur vingt ans, je ne peux que vous donner le point de départ :
Au moment de leur rencontre, un soir du Nouvel An, Anita et Adam, 24 ans, vivent une vie ordinaire, chacun en solitaire. Adam, étudiant français, termine ses études en architecture à Paris. Il peint aussi, mais n’a pas encore trouvé le sujet qui le ferait passer de « peintre du dimanche » à un artiste considéré.
Anita, Mauricienne de naissance, habite en France depuis cinq ans. Elle désire écrire, mais n’a pas encore trouvé la bonne histoire à raconter. En attendant, elle publie des poèmes dans une revue littéraire.
Adam et Anita prennent un appartement ensemble ; après cinq ans de vie commune, Adam souhaite retourner vivre dans sa région d’enfance. Anita le suit et, à 30 ans, accouche d’une fille, Laura.
Adèle, née à la fin des années 60 à Port-Louis, à l’île Maurice, s’est installée en France depuis quelques années. Cette belle grande femme noire à la tête rasée ne laisse personne indifférent. Sans papiers, Adèle, qui cumule deux emplois, demande toujours qu’on la paye comptant ; du lundi au vendredi, elle travaille comme femme à tout faire dans une famille et du vendredi au dimanche, elle est barmaid au bar Tropical. C’est là qu’elle fera la connaissance d’Anita.
Aujourd’hui, à 12 h 15, quatre ans, cinq mois et treize jours après son incarcération, Adam sort de prison. Que s’est-il passé ? Qu’est-il arrivé à Laura, à Anita et à Adèle ?
Nathacha Appanah déconstruit cette histoire pour nous faire comprendre certains mécanismes de l’être humain. Elle ne juge pas, ne condamne pas, mais plusieurs questions éthiques peuvent être débattues. Jusqu’où peut-on « voler » la vie de quelqu’un, sans que l’autre ne le sache, et à ses propres fin ? Où mènent la jalousie, l’envie, les mensonges, la méchanceté, l’égoïsme, les rêves inassouvis, les fantasmes refoulés ? Comment sont perçus les immigrants par les natifs dans certains pays ? Une fois la lecture du roman terminée, vous n’aurez qu’une envie : lire le reste de l’œuvre de l’auteure.

Je vous souhaite une très belle fin de semaine et à vendredi prochain,
Marie-Anne


Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Assaisonnez à votre goût, ou, Comment cuisiner votre mari

Young, Natalie

assaissonnez votre gout Lizzie et Jacob, la cinquantaine, sont mariés depuis une trentaine d’années. Ils ne sont pas heureux. Ils vivent isolés dans les bois, évitent leurs voisins. Lizzie, qui ne peut plus supporter cette vie de routine, n’a plus qu’une envie : fuir. Mais pour cela, elle doit avant se débarrasser de Jacob. « Sans crier gare », alors qu’il travaille dans son potager, elle lui assène deux coups de bêche sur le crâne qui lui seront fatals. Il va falloir maintenant se débarrasser du corps et s’assurer qu’il ne sera jamais retrouvé. Une idée germe dans sa tête : elle va le débiter en seize morceaux, le congeler et le manger. Tout cela devrait lui prendre un bon mois, a-t-elle calculé. Toute la journée, elle va concocter des petites recettes pour assaisonner tous les morceaux qu’elle mangera la nuit. Recettes qu'elle nous fera partager largement. Légumes pour accompagner chaque morceau. Des idées pour les cuisinières ? Cette histoire vous paraîtra sordide, morbide. Moi j’ai trouvé ça très drôle, mais il ne faut pas avoir les boyaux et le cœur sensibles. Ce livre me rappelle celui d’Alain Levréro et Jean-Pierre Cabanes : Le Gynophage (2009), mais dans ce cas, c’est l’homme qui mange sa femme. Titre original : Season to Taste, or, How to Eat your Husband Membre : France Young, Natalie. Assaisonnez à votre goût, ou, Comment cuisiner votre mari, Éditions Michel Lafon, 2014, 2015, 330 pages.

Jimmy's Hall

Loach, Ken

jimmys hall Une belle surprise que ce film britannique. Bon, je l'admets, j'ai un faible pour le cinéma en provenance de ce petit coin du monde. Les Anglais ont une longue tradition de théâtre. Ils ont aussi leur façon à eux de maîtriser le 7e art. Et leurs collines sont bucoliques. Jimmy revient dans son coin d'Irlande après un exil aux États-Unis. Il retrouve sa mère qui vit seule à la ferme, dans une campagne irlandaise fort jolie, mais plutôt reculée. On est dans les années 1930. Le monde change. L'église catholique en Irlande est encore très forte et ne tolère pas les folies des jeunes, ni le jazz ramené par le séduisant Jimmy qui redonnera vie à cette salle communautaire toute simple qui a déjà causé bien des frictions avant son exil. Barry Ward, l'interprète de Jimmy, acteur peu connu, sinon pas du tout, est très convaincant. Le film est basé sur des faits réels. Ils ne le seraient pas que la magie opérerait autant. On se sent en Irlande, on a envie de danser avec les protagonistes. Les couleurs sont magnifiques, les personnages attachants. Les sous-titres en français étaient bienvenus. La langue locale est parfois difficile à comprendre, elle qui est pourtant si facile à aimer. Un peu moins de deux heures de pur bonheur. Titre en français : La Salle de danse Membre : Verdun Loach, Ken. Jimmy's Hall, film britannique, 2014.

L'Affaire Cendrillon

Clark, Mary Higgins et Alafair Burke

l'affaire Cendrillon Roman policier écrit à quatre mains. Fille de James Lee Burke (mon écrivain de roman policier préféré), Alafair Burke est considérée par le milieu comme la nouvelle vedette du genre. L’émission de téléréalité Suspicion, qui enquête sur des crimes non résolus, décide de rouvrir le dossier du meurtre d’une jeune et brillante étudiante dont on n’a retrouvé qu’un seul soulier sur les lieux du crime. C’est techniquement parfaitement fignolé, un Agatha Christie moderne, Hollywood va se charger de son futur. À lire à la plage, car il n’y a rien pour surprendre quelqu’un. Titre original : The Cinderella Murder Membre : Cercle littéraire Bridge-Québec Clark, Mary Higgins et Alafair Burke. L'Affaire Cendrillon, Éditions Albin Michel, 2014, 416 pages.

L'Aventurière des causes perdues

Potvin, Marie

l'aventurière des causes perdues En cherchant désespérément un bon roman à me mettre sous les yeux, je suis tombée par hasard sur cette auteure québécoise. L'Aventurière des causes perdues est un roman d'amour québécois comme on les aime ! L'histoire est inspirée des amoureux légendaires, Évangéline et Gabriel. Bien que ce soit un roman d'amour, on retrouve une petite touche de suspens bien intéressante à laquelle on ne s'attend pas au début de notre lecture. Une auteure à découvrir absolument. Une écriture agréable à lire et des personnages ô combien attachants ! Membre : Rosemont Potvin, Marie. L'Aventurière des causes perdues, Éditions Goélette, 2013, 343 pages.

La Cuisinière d'Himmler

Giesbert, Franz-Olivier

la cuisinière d'Himmler Dans ce livre, on aborde la grande Histoire du XXe siècle à travers la petite histoire de Rose, la narratrice, qui a pour animal de compagnie une salamandre, Théo, à laquelle elle confie ses pensées et ses émotions. Elle lui avoue, page 20 : « J’ai cherché à mettre en garde l'humanité contre trois tares de notre époque, le nihilisme, la cupidité et la bonne conscience qui lui ont fait perdre la raison. » Toujours est-il que la vie de cette femme est rocambolesque et même loufoque ! Après avoir échappé au génocide arménien, elle survit, exploitée par tous ceux qui se trouvent sur son chemin. À 18 ans, elle réussit à ouvrir son premier restaurant à Marseille La Petite Provence ; elle en ouvrira un autre à Paris, aux États-Unis et même en Chine. Elle fait fortune grâce aux bonnes recettes de sa grand-mère et compte parmi ses clients des célébrités. Elle soulagera Hitler grâce à ses tisanes. Elle compte sur Himmler pour retrouver son mari et ses deux enfants déportés. C'est une éternelle amoureuse qui manifeste à tout moment sa joie de vivre, tout en supprimant sans remords ceux qui lui ont nui : « Je ne crois, dit-elle, qu'aux forces du rire, de l'amour et de la vengeance. » Elle incarne parfaitement la formule de Nietzsche : « Tout ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort. » L'auteur avait l'intention de faire rire, mais ce ne fut pas mon cas. À l’occasion, il donne l'impression qu'il règle des comptes, surtout avec Sartre et Simone de Beauvoir. Il est difficile de croire que ce roman est écrit par une femme : Rose n'est que l'auteur lui-même. Lecture intéressante par moments, mais grinçante et trop caricaturale. Membre : Outremont Giesbert, Franz-Olivier. La Cuisinière d'Himmler, Éditions Gallimard, collection Blanche, 2013, 384 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

La Plus Belle Histoire de la philosophie

Ferry, Luc et Claude Capelier

la plus belle histoire de la philo Ce livre raconte l'histoire de la philosophie, il en explique les grands concepts, la pensée des philosophes à travers les siècles, dans une approche accessible (pour la profane que je suis), qui donne envie d'en savoir davantage et de lire les œuvres originales. Ce qui est d’une grande qualité pédagogique ! Enfin, Luc Ferry nous accompagne, nous avons l'impression de réfléchir avec lui sur « le sens de la condition humaine et sur notre manière de penser qui ouvre la porte à une meilleure compréhension de nous-mêmes. » J'avais eu plus jeune des cours de philosophie, mais cet auteur m'a transmis l'envie, le désir d'approfondir les écrits de nos grands philosophes comme Schopenhauer, Nietzsche, Camus... N. B. : En guise d'introduction, j'ai écouté les 4 CD, Mythologie : L'Héritage philosophique expliqué (2010), un cours particulier de Luc Ferry. Intéressant, dynamique, enfin excellent : « Définition d'une vie réussie pour les mortels que nous sommes. » Bonne aventure ! Je m'adresse aux mortels comme moi. Membre : Île-des-Sœurs Ferry, Luc et Claude Capelier. La Plus Belle Histoire de la philosophie, Éditions Robert Laffont, 2014, 444 pages.

La Porte des enfers

Gaudé, Laurent

la porte des enfers Ce livre parle de la souffrance des parents devant la perte insensée d’un enfant. Hébété de douleur, un père descend aux Enfers pour ramener son petit garçon dans le monde des vivants. Vie, mort, amour, violence, à Naples où règnent la Mafia et les croyances superstitieuses. Avec ce roman mêlant le fantastique à un dénouement inattendu, Laurent Gaudé, à l’imagination débordante, prouve une fois de plus son talent de conteur. L’attention est happée dès les premières pages et le rythme est soutenu jusqu’à la fin. Et de plus, merveilleusement bien écrit. Bonne lecture ! Membre : Ville Mont-Royal Gaudé, Laurent. La Porte des enfers, Éditions Actes Sud, Leméac, 2008, 266 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

La Promesse de l'aube

Gary, Romain

la promesse de l'aube Roman autobiographique, dominé par le portrait de sa mère et son amour inconditionnel, extravagant et excessif. Ils ne sont que de pauvres immigrés russes en France ; elle élève son fils seule. Elle a de grandes ambitions pour lui : « Tu seras un héros, tu seras général… Victor Hugo… Ambassadeur de France. » Pour ne pas la décevoir, il les a toutes réalisées : médaille de Compagnon de la Libération à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, deux prix Goncourt, carrière de diplomate français. Cet amour maternel l’a-t-il empêché d’être heureux ? « Avec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais... Vous êtes passé à la source très tôt et vous avez tout bu. Après, il n’y a que des mirages. » À découvrir ou à redécouvrir ! Absolument irrésistible. Également disponible en enregistrement sonore. Membre : Ville Mont-Royal Gary, Romain. La Promesse de l'aube, Éditions Gallimard, 1960, 390 pages.

Le Collège classique pour garçons. Études historiques sur une institution québécoise disparue

Bienvenue, Louise, Ollivier Hubert et Christine Hudon

le collège classique pour garçons Disparus à la fin des années 1960, les collèges classiques continuent d'influencer la société, d'une part, par les nombreux diplômés y ayant été formés et encore actifs, et d'autre part, comme points de comparaison (souvent idéalisés) dans toutes les discussions contemporaines sur le système d'éducation. Or, la réalité est complexe. Les objectifs et les modalités de fonctionnement des collèges ont évolué depuis la fin du XVIIIe siècle, alors qu'on les représente habituellement sous le modèle en vigueur depuis le début du XXe siècle. En quinze chapitres, les auteurs nous brossent un tableau de divers aspects de cette évolution : projet éducatif, discipline et transgression de règles, camaraderie, absence des femmes, etc. Bref, les collèges furent d'abord des institutions polyvalentes offrant à des élèves, surtout externes, une formation pratique (lire commerciale ou scientifique) peu coûteuse et de durée limitée, parfois même à un ou deux ans, ou encore une formation classique de huit ans. Puis, à partir du milieu du XIXe siècle, les volets non classiques furent éliminés de ces institutions, le pensionnat plus coûteux devint la norme et un monopole d'accès aux études universitaires les plus prestigieuses (droit, médecine etc.) fut accordé aux diplômés qui en étaient issus. Dans ce sens, comme le dit un auteur, les collèges classiques « furent à la pointe du combat idéologique [...] contre l'avènement de la démocratie politique, culturelle et sociale et pour le maintien de l'ordre établi. » Membre : Pierre, abonné de Guèvremont Bienvenue, Louise, Ollivier Hubert et Christine Hudon. Le Collège classique pour garçons. Études historiques sur une institution québécoise disparue, Éditions Fides, 2014, 419 pages.

Le Vieux qui lisait des romans d'amour

Sepúlveda, Luis

le vieux qui lisait des romans Antonio José Bolivar Proaňo est un colon installé avec sa femme stérile, dans la jungle, à l’invitation du gouvernement péruvien. Grâce aux chasseurs du peuple shuar, il apprend les secrets de la jungle, comme le comportement des ocelots, des ouistitis et des fourmis. Devenu veuf et banni de la compagnie des Shuars, il se tourne vers la lecture pour trouver l’amour. Il a deux objets précieux : sa loupe et son dentier. C’est par le dentiste itinérant qu’il peut se procurer des livres d’amour qu’il lit avec application. Et qu’il lit même à haute voix à des hommes qu’il guide en forêt et qui se perdent en conjectures sur des expressions inconnues comme « gondole », « gondolier » et « baiser ardent ». Ce court roman, faussement naïf, est le premier de Sepúlveda, auteur chilien emprisonné sous Pinochet et vivant maintenant en Europe. Le roman a été récompensé et traduit en plusieurs langues. C’est un roman absolument charmant. Titre original : Un viejo que leía novelas de amor Membre : Lucienne Sepúlveda, Luis. Le Vieux qui lisait des romans d'amour, Éditions Métailié, 1992, 132 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Les gens heureux lisent et boivent du café

Martin-Lugand, Agnès

les gens heureux lisent et boivent Diane, propriétaire d’un café littéraire à Paris, décide de se reconstruire en partant en Irlande, après un drame la touchant. Eh bien, oui, histoire lue mille fois, mais je me suis fait happer par ce livre et j’attends avec impatience que la bibliothèque m’appelle pour lire la suite : La vie est facile, ne t’inquiète pas (2015). Membre : Germaine-Guèvremont Martin-Lugand, Agnès. Les gens heureux lisent et boivent du café, Éditions Michel Lafon, 2013, 252 pages.

Mirage

Kennedy, Douglas

mirage Ce livre est passionnant du début à la toute fin. Le thème, toujours le même chez Kennedy : le mystère des êtres humains. Mirage parle d’un couple, d’un voyage au Maroc, d’une disparition. C’est un roman psychologique et l’auteur sait, très bien, brouiller les nombreuses pistes dans les 426 pages. Ce récit a sans doute été conçu pour une adaptation au cinéma. Quel beau suspense. Bonne lecture ! Titre original : The Heat of Betrayal Membre : Germaine-Guèvremont Kennedy, Douglas. Mirage, Éditions Belfond, 2015, 426 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Miss Alabama et ses petits secrets

Flagg, Fannie

miss alabama et ses petits secrets Maggie Fortenberry a décidé de mourir. Ex-­miss Alabama devenue agent immobilier, elle mène une vie agréable et routinière. Oui, mais voilà : elle a trouvé 16 bonnes raisons d'en finir. Méthodique, elle a tout prévu : la date, la manière de procéder, tout. Enfin... presque. D'imprévu en imprévu, Maggie va devoir repousser ses plans et affronter ce que la vie lui réserve ! Roman feel good, Miss Alabama et ses petits secrets nous fait rire, nous surprend et se déguste comme un bon fruit de l'été. Titre original : I Still Dream About You Membre : France Cette suggestion est proposée par un lecteur, du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal. Flagg, Fannie. Miss Alabama et ses petits secrets, Éditions Cherche midi, 2010, 2014, 433 pages.

Mommy

Dolan, Xavier

Mommy Die, mère et veuve, entretient une relation à la fois fusionnelle, ambiguë et complexe avec son fils unique, Steve. Ce dernier est un adolescent qui souffre d'un trouble du déficit de l'attention et d'hyperactivité (TDAH). Mommy, c'est l'histoire d'un amour fou entre une mère et son fils, c'est l'expression brutale de ces sentiments qui submergent et dépassent l'entendement. C'est une colère sourde, un conflit qui, comme une furieuse tempête, vous fauche et vous secoue. Mention spéciale pour Anne Dorval, époustouflante, et Antoine­-Olivier Pilon, spectaculaire. Membre : France Cette suggestion est proposée par un lecteur, du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal. Dolan, Xavier. Mommy, film québécois, 2014.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

pas touche!!!