23/04

Le Billet de la semaine

Bonjour à vous toutes et à vous tous,

Un grand merci à ceux et celles qui ont participé à cette 7e remise du prix des Irrésistibles qui s’est tenue à la bibliothèque Robert-Bourassa à Outremont le 20 avril. L’Orangeraie de Larry Tremblay (Alto, 2013) a obtenu la faveur des membres du jury et se voit donc remettre le prix des Irrésistibles 2015.
Quel bonheur que de vous avoir vus aussi nombreux et passionnés ! Vos interventions ont été des plus stimulantes. Votre bonne humeur était contagieuse et vos témoignages, très touchants.

Larry Tremblay après avoir pris connaissance de l’attribution du prix à son roman, nous a fait parvenir le mot suivant :

« Bonjour Marie-Anne,

Je suis très touché par cette magnifique reconnaissance ! Quel beau prix ! Quand vous serez en mesure de le faire, transmettez ma joie et mes remerciements à toutes les nombreuses personnes, bibliothécaires, lectrices et lecteurs, qui se sont impliquées dans l’organisation de cet événement.
Et je vous remercie de tout coeur pour votre détermination et votre engagement envers la littérature.
Larry »

Attention, attention : soirée Les deux voyages de Suzanne W. pour Les Irrésistibles.
Le temps du spectacle Les deux voyages de Suzanne W. de Marc Lainé avec Sylvie Léonard, Marie-Sophie Ferdane et Pierre-Yves Cardinal, Les Irrésistibles et ESPACE GO s’associent…
Les membres du Club des Irrésistibles pourront bénéficier d’un tarif très avantageux de 22$ pour la soirée du vendredi 8 mai 2015 à 20h.
Réservation auprès de Véronique Rapatel : veroniquerapatel@espacego.com ou au 514 845-5455 poste 216.
Vous n’êtes pas disponible le 8 mai ? Vous pouvez tout de même bénéficier d’un tarif privilégié (28$ alors que le tarif régulier est de 35$) pour les représentations en soirée du spectacle Les deux voyages de Suzanne W., présenté du 5 au 23 mai.
Réservation à la billetterie du théâtre (514 845-4890) en mentionnant que vous êtes membres des Irrésistibles.

Le samedi 25 avril, à Radio VM (91,3 FM), dans le cadre de l’émission Entracte, je reçois Lorraine Pintal, directrice générale et artistique du Théâtre du Nouveau Monde, qui vient nous parler des pièces qui seront au programme du TNM pour la saison 2015-2016.

Première diffusion : le samedi de 12h30 à 13h, en reprise le jeudi suivant, de 17h à 17h30.

Je vous rappelle qu’il est aussi possible d’écouter Entracte en direct à partir du site web de Radio VM

Samedi dernier, je recevais la chargée de projet Christine Dufresne venue nous parler de l’exposition Les Grecs – D’Agamemnon à Alexandre le Grand, présentée au Musée Pointe-à-Callière jusqu’au 26 avril 2015.

ENTRACTE - 2015 01 17 - M Poggi - JAN-01 - Christine Dufresne

Je vous souhaite une très belle fin de semaine et à vendredi prochain,
Marie-Anne


Partager cet article sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Chant de vision

R.E.D.K

Chant de vision R.E.D.K, Kader, de son vrai prénom, évolue depuis plus de dix ans dans le milieu du rap marseillais. Il nous propose un rap proche d'IAM ou de la Fonky Family, certains apprécieront, d'autres trouveront qu'il n'est pas assez « bling-bling », question de générations... Une écriture de qualité (Murderer), un flow impressionnant (Mars Music) et des featurings de haut vol, voilà les clés de la réussite de cet album. Membre : Médiathèques de Romans R.E.D.K. Chant de vision, CD, 2014.

L'Arabe du futur. 1, Une jeunesse au Moyen-Orient, 1978-1984

Sattouf, Riad

l'arabe du futur Quand j’ai feuilleté cette bande dessinée, j’ai d’abord cru que c’était un récit humoristique. Jusqu’à ce que je lise sur la couverture : « Ce livre raconte l’histoire vraie d’un enfant blond et de sa famille dans la Libye de Kadhafi et la Syrie d’Hafez Al-Assad. » Et pour découvrir que Sattouf a été longtemps dessinateur à Charlie Hebdo, qu’il a quitté juste à temps… Et puis j’ai eu le coup de foudre. Un récit raconté du point de vue d’un enfant dont la mère est française et le père, syrien. Il raconte que son père avait étudié en France pour éviter le service militaire en Syrie et qu’il rêvait d’être docteur pour devenir président. À défaut d’être docteur en médecine, il est docteur en histoire. À la recherche d’un emploi, il aboutit en Libye. Par moments, on croit lire Pyongyang (2013) de Guy Delisle. Sans états d’âme, le petit Riad raconte la vie dans une dictature. Le logement gratuit et délabré, le rationnement alimentaire. Le retour en France, la rentrée au village natal de son père en Syrie. L’apprentissage du harcèlement (on le traite de juif, car il est blond), la spoliation des terres de son père par un membre de la famille, le retour en France et le vol vers la Syrie où il espère se bâtir une villa de luxe avec l’argent gagné en Libye. On sent que ça va mal finir… C’est très habilement mené : le texte est neutre, mais les images charrient une critique féroce. Membre : Lucienne Sattouf, Riad. L'Arabe du futur. 1, Une jeunesse au Moyen-Orient, 1978-1984, Éditions Allary, 2014, 158 pages.

La Secte des anges

Camilleri, Andrea

La secte des anges Si Camilleri écrivait des romans de 1000 pages, je resterais toujours sur ma faim. Alors vous comprendrez pourquoi j'ai fait une pause après presque chaque phrase afin de la savourer pleinement : 251 pages, c'est peu ! Ce roman fait partie des romans historiques de Camilleri. Cette fois-ci, l’action se passe en 1901, dans une petite ville imaginaire, perdue au fin fond de la Sicile. « […] Deux familles d'aristocrates ayant été discrètement placées en quarantaine par le médecin, d'inquiétantes rumeurs de choléra se répandent. La situation s'aggrave quand sept des huit prêtres de la ville désignent en chaire la brebis galeuse responsable de ce châtiment divin : maître Teresi, l'avocat défenseur des petites gens. Contraints d'intervenir, les carabiniers rétablissent vite la réalité des faits : le secret médical ne cachait pas une épidémie, mais deux grossesses scandaleuses de jeunes filles dont la morale et la piété étaient pourtant exemplaires. Or, elles ne sont pas les seules et toutes refusent de révéler l'identité du père. » Un roman sans compromis qui nous fait réfléchir sur la bêtise humaine incarnée ici par ceux qui possèdent le pouvoir : les prêtres, les avocats, les politiques, les mafiosi. Le tout, dans un style décapant, avec un humour féroce. Titre original : La Setta degli angeli Membre : Villeray Camilleri, Andrea. La Secte des anges, Éditions Fayard, 2011, 2014, 251 pages.

La Vie en sourdine

Lodge, David

La vie en sourdine

Coup de coeur littéraire à Entracte émission animée par Marie-Anne Poggi sur les ondes de radio VM.

Lodge, David. La Vie en sourdine, Éditions Payot et Rivages, 2008, 413 pages.

Irrésistibles - 2015 01 17

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Le Retour de Silas Jones

Franklin, Tom

Le retour de silas jones L'histoire démarre par des faits divers se produisant à vingt ans d'intervalle : la disparition de deux jeunes filles dans le Mississippi. Les deux personnages principaux sont Larry, garagiste blanc quadragénaire, et Silas, policier municipal noir qui revient après vingt ans d'absence. Les deux amis ne se sont plus revus depuis la rupture dramatique qui a marqué leur adolescence et le roman est construit sur des flashbacks qui plongent dans leur passé. Cette histoire simple, qui se passe en 2010, prend peu à peu les dimensions d'une tragédie qui fait remonter tous les démons du vieux Sud, le Sud de Faulkner, avec les confrontations de race, l'exploitation des Noirs par les Blancs. Le personnage de Larry, adolescent pataud, bégayant, maladroit, perpétuellement à la recherche d'un ami, est très émouvant. Titre original : Crooked Letter, Crooked Letter Membre : France Cette suggestion est proposée par un lecteur, du Pays de Romans – France, membre du club de lecture Troquez vos Irrésistibles et partenaire du Club Les Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal. Franklin, Tom. Le Retour de Silas Jones, Éditions Albin Michel, collection Terres d’Amérique, 2010, 2011, 386 pages.

Les femmes qui lisent sont dangereuses

Adler, Laure et Stefan Bollmann

Les femmes qui lisent sont « L'histoire de la lecture féminine se reflète dans la peinture et la photographie. […] Pourtant, il aura fallu des siècles avant qu'il soit accordé aux femmes de lire à leur guise. Ce qui leur incombait d'abord, c'était de broder, de prier, de s'occuper des enfants et de cuisiner. » Elles envisagent la lecture comme une possibilité de troquer l'étroitesse du monde domestique contre l'espace illimité de la pensée, de l'imagination, mais aussi du savoir, les femmes deviennent donc dangereuses. C'est ce créneau de l'histoire de la lecture féminine que Laure Adler et Stefan Bollmann explorent avec un soin particulier du détail. « De courts textes de commentaire accompagnent ce choix de peintures, de dessins et de photographies. » Un très grand coup de coeur ! Membre : Laval Adler, Laure et Stefan Bollmann. Les femmes qui lisent sont dangereuses, Éditions Flammarion, 2006, 149 pages.

Les Poissons ne ferment pas les yeux

De Luca, Erri

les poissons ne ferment pas Je viens de terminer mon deuxième roman de l'écrivain italien que j'ai découvert grâce au Club des Irrésistibles en lisant Le Poids du papillon (2009, 2011). J'aime ce livre et Erri De Luca est devenu l’un de mes auteurs préférés. J'apprécie beaucoup ses phrases courtes, son style simple et facile à lire, mais en même temps fort et intense, ainsi que la délicatesse et la sensibilité du récit. Il nous introduit dans l'univers d'un garçon de dix ans pendant les vacances d'été passées au bord de la mer. J'étais surprise de constater, après en avoir fini la lecture, que les personnages n'ont pas de noms. On découvre les passions de ce garçon sensible et solitaire (il aimait pêcher, nager et faire des mots croisés) et ses problèmes de famille suite au départ de son père aux États-Unis. On suit son processus de maturation en vivant son premier amour et les rivalités masculines. J'ai adoré la scène où on apprend la signification du titre. Par contre, j’ai trouvé un peu difficile à croire que les deux amoureux peuvent faire preuve de tant de maturité dans leur relation et dans la vie. Titre original : I Pesci non chiudono gli occhi Membre : Côte-des-Neiges De Luca, Erri. Les Poissons ne ferment pas les yeux, Éditions Gallimard 2011, 2013, 128 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

Planète cœur : santé cardiaque et environnement

Reeves, François

Planète coeur La cardiologue François Reeves en connaît long sur les maladies cardiaques : il est l'un des 72 professionnels de sa spécialité responsables des interventions d'urgence au sein des 14 équipes québécoises d'intervention lors d'infarctus. Incidemment, il est aussi le fils d'Hubert Reeves, astrophysicien mondialement connu. Dans ce petit livre comportant beaucoup d'illustrations, de graphiques et de statistiques soutenant ses arguments, l'auteur nous rappelle d'abord les facteurs connus des maladies cardiovasculaires : tabagisme, sédentarité, hypertension, alimentation riche en gras trans, etc. Mais l'objet véritable du livre est de signaler l'importance des facteurs environnementaux dans la morbidité et la mortalité cardiaques. La pollution atmosphérique, en particulier la présence dans l'air que nous respirons de particules ultrafines qui pénètrent dans les poumons, et de là directement dans le sang, est l'un de ces facteurs majeurs, plus importants encore que les facteurs individuels cités plus haut. Ces particules proviennent principalement de la combustion des combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel). L'auteur est clair : c'est maintenant qu'il faut agir pour réduire cette pollution, donc c'est maintenant qu'il faut réduire l'utilisation de ces combustibles. Notre survie individuelle et collective en dépend. Ceci implique aussi de repenser notre environnement : réduction des îlots de chaleur, diminution de la circulation, etc. On ne peut agir individuellement à ce niveau : il faut des actions collectives. À l'évidence, des arguments à ne pas oublier dans les débats actuels sur les gaz à effets de serre. Membre : Germaine-Guèvremont Reeves, François. Planète cœur : santé cardiaque et environnement, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2011, 200 pages.

Quelques-uns des cent regrets

Claudel, Philippe

Quelques-uns des cents regrets « À la mort de sa mère, le narrateur revient sur les lieux de son enfance. Roman poignant où par petites touches, Claudel explore l'amour filial avec une extrême délicatesse et une surprenante réserve. » J'ai beaucoup aimé ce libre un peu sombre, mais tellement bien écrit et d'une sensibilité à fleur de peau. Je vous le recommande ! Membre : Île-des-Sœurs Claudel, Philippe. Quelques-uns des cent regrets, Éditions Balland, 2000, 171 pages.

Cette oeuvre a déjà été suggérée par le Club des Irrésistibles, lire ici.

pas touche!!!